Rencontre avec ces familles qui cherchent un compagnon de vie

08/08/2008
Partager :  

Le refuge de Gennevilliers, en banlieue parisienne, accueille 3.500 animaux par an. Trois mille trouveront un nouveau foyer. Rencontre avec ces familles qui cherchent un compagnon de vie.
C’est le plus grand refuge d’Europe. Ici, à Gennevilliers, quelque 300 chiens et 140 chats attendent d’être adoptés.

Anne est venue accompagnée de sa fille et de sa petite-fille, Sandy, 5 ans. Elles viennent pour la seconde fois, et Sandy ne tient plus en place. La raison de cette joie ? Une petite chienne de race jack-russel, qu’elle va accueillir chez elle. « Elle s’appelle Louna ! » lance la fillette. « C’est la petite qui était demandeuse », explique sa grand-mère. « Cela fait déjà plus d’un an qu’elle réclame un chien, mais nous avons préféré attendre qu’elle soit un peu plus grande », ajoute la maman. Les formalités d’adoption remplies, les maîtres passent plusieurs heures avec leur nouveau compagnon, avant de l’emmener avec eux. « Il est important qu’une complicité se noue entre l’animal et son nouveau maître. Cela permet aussi de voir comment l’animal se comporte, surtout en présence d’enfants », souligne Christophe Bellanger, le directeur du site. « Pour nous, ce n’est pas l’âge ou la race qui importent, mais le fait que la chienne soit affectueuse », conclut Anne. Sandy devra cependant patienter encore quelques jours avant de pouvoir repartir avec sa nouvelle amie. La chienne, actuellement en soins, doit en effet être stérilisée.

« La beauté m’est égale »
Du côté de la chatterie, Alice, une élégante femme de 81 ans, se promène dans les allées du centre. « Je cherche un chat qui soit très câlin », nous confie-t-elle. « Il y a un an, j’ai perdu le mien. Cela faisait 17 ans que je l’avais. Sa mort a été un véritable crève-cœur », avoue-t-elle. Et quand on lui demande quels sont ses critères de choix, elle répond : « Je ne me suis jamais attachée à la beauté des chats. Ils sont tous gracieux de toute façon. » Ce qu’elle souhaite : un chat habitué à vivre en appartement, et plutôt vieux. « Vu mon âge, il risque de vivre plus longtemps que moi. Ce serait ridicule dans ce cas de prendre un chaton, qui se retrouverait de nouveau esseulé. » Pour que cela n’arrive pas, Alice est venue en compagnie de sa nièce. « C’est elle qui s’occupera du chat s’il devait m’arriver quelque chose », prévient-elle. Une attitude responsable saluée par Sylvie, membre bénévole du centre qui va la guider dans sa démarche d’adoption.




--------------------------------------------------------------------------------

Les conditions d’adoption
Dans les 56 refuges français de la SPA, plusieurs documents devront être présentés par les futurs maîtres : une pièce d’identité, un justificatif de domicile, et un justificatif de revenus pour ceux qui souhaitent adopter un chien. Une participation financière vous sera aussi demandée. De l’ordre de 150 euros pour un chien et de 100 euros pour un chat. A noter que toutes les chiennes placées sont stérilisées auparavant, et que les familles qui accueillent un chien ont un an pour le faire castrer par un vétérinaire de la SPA. Au-delà de ce délai, les frais d’opération seront à la charge du maître.


Edition France Soir du jeudi 7 août 2008 n°19869 page 2