Animaux domestiques : le drame des abandons

08/08/2010
Partager :  

Partir en vacances, oui, mais sans Médor. Le taux d'abandons d'animaux augmente en période estivale. « De 8 %, environ », selon la Société protectrice des animaux de Lyon (17 000 animaux transitent chaque année par le refuge de Brignais).

Selon Gilbert Gault, vétérinaire à la direction de l'Ecologie urbaine de la Ville de Lyon, (qui se charge entre autres de la récupération d'animaux errants sur la voie publique), il y a, dans l'année, plusieurs pics d'abandons : avant le début des grandes vacances, en juin, et après les fêtes de fin d'année…

Les raisons ne sont bien évidemment pas un mystère, les propriétaires ne souhaitant pas « (s'encombrer » de leur animal pendant les vacances.

Selon Gino Bardet, directeur du refuge de la SPA, à Brignais, « Les gens ont de plus en plus tendance à considérer les animaux comme des produits de consommation. » Et, pour lui, le manque de moyens (souvent évoqué pour expliquer l'abandon) n'explique pas tout : « Je me souviens d'un rottweiler, acheté un dimanche matin et abandonné au refuge le lendemain. Ce type de chien peut valoir dans les 1 000 euros. Les gens sont parfois irresponsables. »

Tout le monde ne réagit bien sûr pas comme cela. « Les abandons se font quand même de plus en plus dans les refuges plutôt que dans la nature, remarque Gino Bardet. C'est notamment le cas d'Eric Despinois, venu amener ses deux chatons à Brignais. « On a réussi à donner les autres mais pas ceux-là. Enfin je suis un peu rassuré : on m'a dit que les chatons pouvaient être adoptés rapidement. »

Le temps d'attente avant qu'un animal retrouve une nouvelle famille varie beaucoup en fonction de l'âge, la taille ou la race. « Nous avons une chienne, Hermione, un croisé malinois adorable, mais dynamique. Elle est ici depuis février 2009 et il n'est pas facile de lui trouver un maître », explique-on à la SPA. Les chiots et les jeunes chats, mignons, moins coûteux et plus faciles à éduquer sont davantage sollicités. La période n'est toutefois pas favorable à l'adoption. « Les gens sont en vacances, explique Gino Bardet, cela devrait aller mieux fin août. »

Julia Gaulon

Horaires d'ouverture du refuge de Brignais : ouvert sauf dimanches et fêtes de 9 à 12 heures et de 14 h 30 à 18 heures, le samedi de 11 à 18 heures.

- Pièces à fournir : un justificatif de domicile de moins de 3 mois ; une pièce d'identité. Et pour les chiens de 2e catégorie un extrait du casier judiciaire.

- Les tarifs : chatons de moins de 6 mois (vaccinés et tatoués) : 80 euros (forfait comprenant la médaille). Chats de plus de 6 mois (vaccinés, tatoués, stérilisés) : 90 euros (forfait comprenant la médaille). Chiens - chiots (vaccinés et tatoués) : 150 euros (forfait comprenant la médaille). Supplément pour la vaccination contre la rage et l'établissement du passeport européen : 15 euros

Discussions sur ce sujet