Comment gérer les premiers jours du chien à la maison

Chiot Labrador dans une boîte en carton

Après avoir bien mesuré la responsabilité que cela représente et déterminé quelle race de chien choisir, vous venez d'adopter ? Félicitations, mais les choses sérieuses ne font que commencer : il faut maintenant tacher d'être à la hauteur.


En l'occurrence, son arrivée à la maison est un moment très important pour lui : il est alors séparé du seul environnement qu'il ait connu jusqu'à présent, mais également de sa mère, et probablement de sa fratrie. Il faut donc l'accompagner dans cette épreuve.


Voici quelques conseils pratiques à mettre en oeuvre dans les premiers jours, afin que tout se passe au mieux pour tout le monde.

Laisser le chien explorer la maison

Un chiot Teckel couché sur un coussin

Votre chiot vient juste de quitter sa mère, ses frères et soeurs, et même son ancien domicile, pour un milieu qui lui est totalement étranger. C'est sa première grande et longue sortie, mais aussi la séparation avec un environnement familier et rassurant, ainsi que la confrontation avec des personnes inconnues.

 

Le premier jour, il est bon de le laisser faire connaissance avec son nouvel environnement et de ne pas le manipuler dans tous les sens, même si cela est tentant. S'il y a des enfants, il ne faut pas qu'ils soient trop bruyants ou trop brutaux, voire le prennent pour une peluche : il risquerait d'être terrifié, avec parfois à la clef des conséquences durables. Se le passer de main en main ou de bras en bras est également déconseillé, car cela a de grandes chances de le perturber.

 

Malgré la curiosité fort compréhensible de votre entourage, mieux vaut aussi lui épargner au tout début les venues incessantes de visiteurs, qui sont à chaque fois source d'angoisse pour lui. Mieux vaut attendre quelques jours qu'il ait apprivoisé les lieux et commence à s'y sentir chez lui.

 

De façon générale, votre nouveau compagnon a besoin de calme pour découvrir son nouveau foyer. Laissez-le évoluer dans sa nouvelle maison et prendre ses marques, mais accompagnez-le lors de ses premières visites : il se sentira en sécurité et vous pourrez en même temps vérifier que tout se passe bien. Il va ainsi progressivement intégrer les sons, les odeurs, les mouvements des personnes de la maison, les contacts... Vous devez le laisser explorer son lieu de vie à son rythme, tout en surveillant bien sûr qu'il ne s'approche pas des endroits dangereux pour lui, tels que les escaliers. Au besoin, installez des barrières et gardez-les fermées jusqu'à ce qu'il soit suffisamment grand pour les franchir sans risque.

 

Si vous souhaitez lui interdire l'accès à certaines pièces (par exemple les chambres), il est important de mettre les choses au clair avec lui dès le début et de l'empêcher d'y entrer en fermant les portes. Un chien a besoin de constance : par conséquent, ce qui lui est autorisé un jour ne peut pas lui être refusé le lendemain. Cette règle fondamentale doit être respectée dès ses premiers pas dans le logement.

Faire connaissance avec son chien

Un chiot jouant avec son maître sur une pelouse

Un bon moyen de faire connaissance avec son chiot est de jouer avec lui : c'est l'occasion de découvrir ce qu'il apprécie et ce qu'il aime moins, et d'installer un climat de confiance avec lui. Au demeurant, un chiot est normalement plus joueur qu'un chien adulte, donc il ne devrait pas se faire prier.

 

A chaque fois, appelez-le amicalement par son prénom - ce qui suppose au préalable de choisir un prénom pour son chien, sachant que le nom est une des premières choses à lui apprendre. Chaque fois qu'il réagit à l'appel de son nom, félicitez-le et récompensez-le par des mots et des caresses.

 

Les chiens apprécient particulièrement les gratouilles derrière les oreilles, à la gorge, sous le cou, mais aussi les caresses au niveau du ventre, des flancs et des cuisses. À vous de découvrir ses points sensibles, ceux qui le font se rouler par terre de bonheur, sans pour autant en abuser : il faut respecter le fait que le chiot a aussi sa personnalité et ses envies, et savoir identifier quand un chien accepte ou refuse d'être touché ou caressé.

 

Parmi les choses à acheter avant d'adopter, figurent les jouets pour chien : voici donc venu le moment de les étrenner ! Ceux qui sont en caoutchouc et qui font du bruit ont beaucoup de succès, mais il faut veiller à ce que le chiot n'arrache pas le sifflet et l'avale. Un anneau ou une balle en caoutchouc suffisamment grosse pour qu'il ne puisse pas s'étouffer avec peuvent de leur côté servir à l'initier aux jeux de poursuite.

 

Comme il est encore jeune, son énergie s'épuise rapidement et il est probable qu'il ne tarde pas à se mettre en boule pour dormir. Mettez-le alors dans son panier et éloignez-vous sur la pointe des pieds.

Gérer les premières nuits du chien

Jeune chien dormant paisiblement dans son panier

Gérer les premières nuits du chiot peut être difficile : pour lui, dormir dans une nouvelle maison ou loin de sa mère est une expérience traumatisante. Il faut donc lui laisser une période d'adaptation ; après tout, il y a encore très peu de temps, il dormait encore au contact de sa fratrie.

 

Avant d'aller vous coucher, préparez une bouillote, enveloppez-la dans une couverture et placez-la dans son panier ; cela lui rappellera la chaleur de ses frères et sœurs lorsqu'il dormait blotti à leurs côtés. Vous pouvez également placer un réveil dans un linge : le tic-tac lui rappellera les battements de cœur de sa mère. Enfin, vous pouvez utiliser un morceau de tissu imprégné de l'odeur du premier lieu qu'il a connu : il aura peut-être des vertus réconfortantes.

 

Malgré ces précautions, vous risquez d'entendre des pleurs déchirants et des sons plaintifs enclins à vous briser le cœur. Sans doute vous cherche-t-il ou veut-il monter sur votre lit. Dans cette situation, et même si cela peut paraître cruel au premier abord, il faut faire la sourde oreille. Ainsi, il est vivement déconseillé de retourner voir le chiot qui pleure (sauf bien sûr si vous avez entendu un grand bruit, ou si l'animal pousse des cris de douleur) car, ayant réussi une première fois à attirer votre attention, il répètera l'opération chaque nuit, et vous ne pourrez plus dormir. 

 

Pour le rassurer, vous pouvez tout de même placer son panier à côté de votre chambre pendant les premières nuits. S'il aboie, il ne faut pas s'en inquiéter, ni aller le caresser, car cela l'inciterait à recommencer. Un « Non ! » calme et posé suffit. Ce comportement passera, et il finira par s'endormir.

 

Les matins suivants, attendez-vous à découvrir un certain désordre : le papier journal sera sans doute éparpillé partout. Mais, si vous persévérez, ce comportement s'estompera rapidement. Surtout, n'allez pas lui crier dessus, car cela ne servirait à rien, si ce n'est à dégrader la relation qui commence tout juste à prendre forme.

 

Une fois que les nuits se passent mieux, il est conseillé de replacer le panier à son endroit habituel. Vous pouvez aussi éloigner son panier chaque jour un peu plus de votre chambre, pour que le changement soit moins brutal.

 

Enfin, lorsque le chiot dort, il faut veiller à respecter son sommeil, phase très importante pour son bon développement. Veillez à ce que les enfants aient eux aussi assimilé cela, et ne dérangent jamais un chien qui dort.

Donner ses premiers repas à son chien

Quand nourrir son chiot ?

Un chiot en train de manger dans sa gamelle

Un chien ne doit pas mendier de la nourriture. Dans une meute, aucun individu dominé ne vient quémander sa part : il attend plutôt patiemment et sans histoire que ce soit son tour, sachant qu'il vient en dernier. Dans la famille, il doit en être de même : les maîtres doivent manger en premier, en prenant leur temps, et c'est seulement après que le chiot, patient, peut recevoir sa pitance.

 

De toute façon, lui donner de la nourriture humaine n'est pas bon pour lui : d'une part, il y a peu de chances que cela corresponde à ses besoins nutritionnels, qui sont forcément différents des vôtres ; d'autre part, nombre de mets fort appréciés des humains s'avèrent être des aliments dangereux pour les chiens.

 

Par conséquent, une bonne habitude à prendre dès l'arrivée du chiot à la maison est de ne pas prendre vos repas en sa présence. L'idéal est de l'habituer à rester sagement dans son panier ou dans une autre pièce de la maison pendant que vous mangez, et de lui donner ses repas après vous, dans un endroit calme, durant 10 à 15 minutes. Après ce délai, retirez-lui sa gamelle même s'il n'a pas fini : cela le dissuadera de chipoter avec la nourriture, attitude que certains chiens au tempérament bien trempé adoptent pour tenter de dominer leur maître.

 

Pour bien nourrir son chiot, il est conseillé de fractionner sa ration quotidienne en plusieurs repas. Quand il est âgé de 8 semaines, l'idéal est généralement de trois repas par jour, voire éventuellement quatre, en les répartissant bien dans la journée. Il ne faut pas oublier qu'un chiot n'est pas capable de se retenir longtemps : par conséquent, il faut nécessairement le sortir environ une demi-heure après chaque repas, en plus des sorties indispensables au réveil et avant d'aller se coucher.

 

Il convient par la suite de diminuer au fur et à mesure la fréquence des repas, jusqu'à atteindre 1 à 2 repas par jour (pour les grandes races, mieux vaut ne pas descendre en dessous de deux repas par jour, pour limiter le risque de torsion-dilatation de l'estomac). En cas de doutes, demandez conseil à votre vétérinaire.

 

Par ailleurs, le chiot doit toujours avoir une gamelle d'eau fraîche à disposition, pour pouvoir se désaltérer chaque fois qu'il en ressent le besoin. En revanche, mieux vaut éviter une distribution de nourriture en libre-service, car cela est assez difficile à gérer pour l'apprentissage de la propreté par le chiot. En outre, contrairement à la majorité des chats, les chiens ne sont généralement pas capables de s'autoréguler : mieux vaut donc contrôler soi-même les rations de nourriture, pour éviter tout problème d'embonpoint.

Comment donner à manger à son chiot ?

Trois chiots se nourrissant dans la même gamelle

Choisir une gamelle pour son chien peut sembler difficile, tant l'offre est pléthorique. Les modèles en inox sont toutefois à privilégier, car ils sont très pratiques ; en effet, ce matériau est plus facile à laver, sachant que justement l'écuelle doit être nettoyée tous les jours.

 

Par ailleurs, au-delà du fait qu'il convient de l'empêcher de mendier à table, il ne faut pas lui donner des restes de repas. En effet, la nourriture humaine est mauvaise pour le chien : en plus d'être souvent trop grasse ou trop sucrée, elle contient un grand nombre d'aliments toxiques pour lui, tels que le chocolat, le café, le raisin ou les oignons. De plus, il existe un risque d'étouffement ou de perforation de l'appareil digestif avec les arrêtes et les os de lapin et de volaille, du fait de leur petite taille et de leur aspect pointu.

 

La meilleure option est donc de lui donner des croquettes spécialement destinées aux chiots jusqu'à la fin de sa croissance, soit entre 6 et 24 mois selon qu'il s'agisse d'une race de petite ou de grande taille.

 

Par ailleurs, un chiot a besoin de temps pour s'adapter à un nouveau régime alimentaire, y compris pour passer de celle qu'il recevait chez son ancien propriétaire à la vôtre. Un changement trop brutal peut perturber son système digestif et causer des diarrhées ou des vomissements. Par conséquent, lorsqu'il intègre le foyer, essayez de lui fournir le même aliment que celui avec lequel il était nourri jusqu'alors. Si vous voulez ensuite habituer votre petit compagnon à un nouveau type de nourriture (boîtes, barquettes, sachet fraîcheur, croquettes...), effectuez une transition alimentaire, c'est-à-dire un changement progressif de son alimentation : mélangez le nouveau produit à son alimentation habituelle, et augmentez progressivement les quantités pendant 8 à 10 jours, jusqu'à arriver à une utilisation exclusive.

 

Enfin, mettez régulièrement vos mains dans sa gamelle lorsqu'il mange : il s'agit d'un moyen efficace pour montrer à son chien qui est le maître. En procédant ainsi de temps en temps, vous mettez les choses au point avec lui dès le départ, et éviterez ainsi de futures réactions hostiles.

Faire les premières promenades du chien

Les bienfaits de la promenade pour le chiot

Un jeune chien regardant son maître qui le promène

Un chiot a besoin de promenades régulières afin qu'il fasse ses besoins, mais aussi et surtout qu'il se défoule et qu'il rencontre de nouveaux environnements et individus. Une simple sortie avec pipi et retour à la maison n'est pas une bonne chose : il doit avoir le temps de prendre l'air, d'avoir une réelle activité physique, ainsi qu'une vie sociale, ce qui passe par la rencontre d'autres humains, congénères ou espèces. La socialisation du chiot, qui démarre dès les premières semaines de sa vie, est indispensable pour qu'il devienne ensuite un chien équilibré, sociable, et qui sache gérer un grand nombre de situations inconnues.

 

Au départ, les premières promenades du chiot doivent être fréquentes, mais courtes afin de ne pas provoquer trop de tension sur ses os et ses articulations, à une période de croissance où son squelette est encore fragile. Ces sorties ont pour but de lui faire découvrir le monde extérieur, non de le fatiguer. Il a besoin de s'habituer progressivement à la circulation et aux endroits fréquentés, aux trains, aux bus et, bien sûr, aux voitures. Il apprend aussi à rester attaché à l'entrée des magasins et à rencontrer des gens inconnus, ainsi que d'autres chiens. La durée des promenades et les distances parcourues augmenteront très progressivement au fur et à mesure des mois.

Comment et quand promener son chiot ?

UN Jeune chien regardant son maître en promenade

Dans un premier temps, il est nécessaire d'habituer le chiot au collier et à la laisse, ce qui ne devrait prendre que quelques jours. Choisissez un collier pour chien léger en tissu ou en cuir souple, et évitez ceux qui sont trop lourds ou en métal. Profitez d'un moment de jeu pour le lui poser et le lui faire oublier. Laissez-lui le collier quelques minutes, puis retirez-le. Renouvelez l'opération un peu plus tard. Lorsque vous vous absentez, retirez le collier afin d'éviter un accident, comme une clé de buffet qui se prendrait dedans et étranglerait l'animal. Ensuite, il faut habituer le chiot à la laisse. S'il ne la supporte pas, il est possible d'attacher d'abord une ficelle à son collier en guise de laisse, et de la lui laisser dans la maison.

 

Habituez-le également dès que possible aux voyages en voiture, pour qu'il ne soit pas stressé lorsqu'il faudra par exemple l'emmener chez le vétérinaire ou le toiletteur. En plus, les chiens aiment être associés aux sorties de leurs maîtres, que ce soit le simple fait de prendre la voiture ou d'aller faire des courses. Par contre, il ne faut en aucun cas laisser le chiot tout seul dans le véhicule, afin d'éviter les vols, mais aussi les coups de chaleur. Si vous n'avez pas d'autre choix, pensez à laisser les quatre vitres du véhicule à l'ombre (attention, le soleil tourne) et ouvertes de quelques centimètres, surtout en été.

 

Au départ, les sorties doivent être fréquentes, car elles sont surtout l'occasion pour lui de se soulager en extérieur et donc d'apprendre à être propre. Il ne faut pas oublier qu'un chiot n'est pas capable de se retenir très longtemps : par conséquent, les sorties doivent avoir lieu environ 30 minutes après chaque repas, en plus de celles systématiques du matin et du soir. Si les conditions météorologiques sont mauvaises (très fortes ou au contraire très basses températures), mieux vaut limiter les promenades au strict nécessaire - c'est-à-dire les besoins - en prenant soin de bien protéger son chien du froid ou de la chaleur ; des jeux en intérieur peuvent ensuite être proposés pour compenser le manque de sorties.

 

Par ailleurs, pour sa santé, mieux vaut ne planifier les premières sorties du chiot dans des lieux publics qu'une fois qu'il est bien vacciné. En effet, les lieux publics étant des nids à bactéries, il ne serait pas prudent d'y amener un jeune animal avant qu'il ne soit protégé au maximum, même si en théorie il est sous la protection des anticorps de sa mère jusqu'aux alentours du 3ème mois. Tant qu'il n'est pas vacciné, il est préférable de privilégier des sorties dans des lieux moins fréquentés, qui sont moins risqués pour lui.

 

Enfin, c'est le maître qui doit être à l'initiative des promenades et qui décide du trajet suivi. Ceci est indispensable pour permettre au chien de connaître sa place dans la hiérarchie familiale.

Contrôler les mordillements du chien

Un jeune chien mordant les chaussures de son maitre

Le mordillement du chiot est un comportement normal s'il est âgé de 3 à 5 mois, en raison de la poussée de ses dents : il n'y a donc pas lieu de s'inquiéter de ce phénomène.

 

En revanche, comme un chiot est curieux de tout , il a tendance à prendre en bouche tout ce qu'il trouve, et peut alors se blesser en mâchouillant ou ingérant des objets pointus, toxiques ou dangereux. Il faut donc tâcher de mettre hors de sa portée tout ce qui pourrait lui nuire, à commencer par les fils électriques et les produits nocifs. Et quand bien même on penserait avoir complètement sécurisé son environnement, il est important de le surveiller au maximum afin de retirer immédiatement de sa gueule tout objet qui serait inconvenant pour lui. Lorsqu'il n'est pas possible de le surveiller, par exemple lorsqu'il faut s'absenter du domicile, il est préférable de le placer dans un enclos ou dans une petite pièce sécurisée, pour être sûr qu'il ne puisse avoir à sa portée que des objets sains à mâchouiller.

 

Par ailleurs, pour éviter qu'il ne s'attaque au mobilier ou aux objets auxquels on tient, lui donner des jouets pour chien ou des os en peau de buffle permet qu'il se fasse les dents dessus plutôt que sur le mobilier. Inutile pour autant de lui mettre d'emblée pléthore de jouets à disposition, car il s'en lasserait. Par contre, il est possible de lui donner un ou deux jouets différents chaque jour : ainsi, il a l'impression que ce ne sont jamais les mêmes, et il s'en désintéresse moins vite.

 

Mieux vaut éviter en tout cas de donner des vieux vêtements ou une vieille chaussure au chiot afin qu'il puisse jouer avec et les mordiller avec sa guise, car il ne serait pas en mesure de faire la différence avec ceux que vous utilisez encore, et aurait donc de grandes chances de s'en prendre à votre garde-robe.

 

Enfin, un chiot peut être enclin à mordiller les mains de ses maîtres, mais il faut d'emblée le lui interdire. En effet, si cela peut sembler amusant tant qu'il est jeune et que ses morsures ne sont guère douloureuses, il peut en aller tout autrement s'il fait de même à l'âge adulte, a fortiori s'il s'agit d'un chien de grande taille. Or, comme pour toute règle qu'on fixe à son animal, la constance est de mise : il est très difficile de se mettre un jour à lui interdire quelque chose qui jusque-là lui était permis. Il faut donc l'en empêcher d'emblée avec un « Non ! » ferme, le mettre dans son panier, puis l'ignorer.

Faire les premières toilettes du chien

Un chien se faisant toiletter

La toilette du chiot est un acte essentiel, car elle permet non seulement de garder son pelage, ses yeux, ses oreilles... en bon état, mais aussi de détecter rapidement un éventuel problème, tel qu'une grosseur, une plaie ou une infection.

 

Il est donc important de prendre un peu de temps chaque jour pour procéder à sa toilette et vérifier l’état de ses yeux, ses dents, ses ongles et sa truffe.

 

Quant à ses oreilles, elles doivent être vérifiées au minimum une fois par semaine. S'il se gratte, si vous sentez une odeur bizarre ou si vous voyez un écoulement suspect en sortir, il est possible qu'il soit infesté de parasites (il peut être atteint par exemple de gale auriculaire) ou qu'il ait une otite. Dans ce cas, il faut consulter un vétérinaire sans attendre, car les maladies des oreilles peuvent finir par provoquer une surdité du chien si elles ne sont pas traitées à temps.

 

Par ailleurs, un brossage régulier - au moins une fois semaine, là aussi - est indispensable à la propreté et à l'entretien des poils du chien. Il doit être effectué à l'aide d'une brosse spécialement conçue à cette fin.

 

En revanche, un chiot de moins de 6 mois doit être lavé avec parcimonie, c'est-à-dire seulement s'il est vraiment sale, et en employant un shampoing adapté à sa peau encore fragile. Mieux vaut éviter les shampoings pour chien adulte qui risquent d'abîmer sa peau, et demander plutôt conseil à un vétérinaire pour choisir le produit adéquat. Ensuite, au-delà de l’âge de 6 mois, la fréquence à laquelle il faut faire prendre un bain à son chien varie essentiellement en fonction de sa race, mais en tout état de cause ne saurait excéder une fois par mois - sauf circonstances exceptionnelles, par exemple s'il s'est versé un produit dangereux ou particulièrement salissant sur le corps.

 

Pour que ces différents soins se passent sans encombre, il est important d'apprendre au chien à se laisser manipuler dès son plus jeune âge. En effet, certaines de ces zones sont sensibles pour lui (oreilles, pattes, dents...) : il faut donc le désensibiliser progressivement, pour qu'il se laisse faire sans broncher lors des séances de toilettage ou même lors des visites chez le vétérinaire. Cet apprentissage est encore plus important s'il s'agit d'une grande race : de fait, maîtriser un chien réfractaire de 50 kg n'est pas vraiment à la portée de n'importe qui...

Les premiers soins vétérinaires du chien

Un chien blanc assis sur une table avec la vétérinaire

Les soins vétérinaires sont indispensables pour guérir le chiot en cas de maladie, mais aussi pour prévenir nombre de problèmes.

 

Dans la mesure où ils ont vite fait de coûter assez cher, il peut être intéressant de faire assurer son chiot afin de mieux maîtriser le budget relatif aux frais de santé, tout particulièrement en cas d'imprévus. En outre, plus un chien est assuré tôt, plus les conditions sont avantageuses : mieux vaut donc s'en occuper dès les premiers mois, tant que l'animal est jeune et en pleine forme.

L'importance d'être bien informé et attentif

Jeune chien au repos dans un lit

La santé d'un chiot dépend essentiellement de prédispositions génétiques et de ses activités, mais aussi de l'attention que lui porte sa famille.

 

C'est vrai d'un point de vue préventif, tant de nombreuses choses dépendant du maître permettent de réduire le risque d'apparition de certaines maladies. Mais cela vaut aussi lorsqu'un maladie survient malgré tout : dans de nombreux cas, ses conséquences peuvent être sensiblement amoindries en cas de détection rapide. Un maître souhaitant garder son chien en bonne santé doit donc faire l'effort de se renseigner pour être capable de reconnaître les symptômes et maladies des chiens, afin de pouvoir contacter sans tarder un vétérinaire au moindre signe alarmant.

 

Il peut notamment être bon de connaître certaines données physiologiques de référence pour un chiot :

  • la température rectale d'un chiot se situe entre 38 et 39° C ;
  • sa fréquence respiratoire va de 15 à 35 mouvements/minute (cela dépend de sa taille notamment) ;
  • son pouls est d'environ 180 battements par minute pour une race de de chien de petite taille, et plutôt entre 200 et 220 battements par minute pour une grande race ;
  • la puberté survient entre 7 et 10 mois pour les mâles, 6 et 12 pour les femelles.

La visite initiale chez le vétérinaire

Jeune chien en visite chez le vétérinaire

Une fois qu'il est arrivé dans le foyer, mieux vaut ne pas trop attendre pour emmener pour la première fois son chiot chez le vétérinaire.

 

Cette visite initiale permet non seulement de s'assurer que tout est en ordre, mais également de répondre aux nombreuses questions qu'un maître est susceptible de se poser, en particulier s'il est encore inexpérimenté.

Les vaccins

Jeune Husky Sibérien piqué par le vétérinaire

Un chiot n'a généralement pas besoin d'être vacciné pendant les 2 premiers mois de sa vie, car il est alors protégé par les défenses naturelles héritées de sa mère. Toutefois, au-delà, elles n'ont plus d'effet, si bien qu'il se retrouve vulnérable. Il est donc important de vacciner son chiot pour le protéger de maladies potentiellement graves.

 

Selon le pays, certains vaccins peuvent être fortement recommandés, voire obligatoires. Généralement, des rappels sont nécessaires pour maintenir dans le temps la protection contre la maladie visée. La fréquence des rappels dépend ensuite du vaccin : elle est le plus souvent annuelle, mais peut aussi être par exemple semestrielle (tous les six mois) ou au contraire biannuelle (tous les deux ans).

 

Les vaccins effectués et les dates de rappel correspondantes doivent être notés dans le carnet de santé du chiot, et/ou dans le passeport pour animaux de compagnie s'il en possède un à son nom.

Les tiques et les puces

Installation d'un collier antipuces sur un chiot

Les parasites sont un domaine dans lequel il est bon de miser fortement sur la prévention, à travers l'utilisation d'antiparasitaires pour chien.

 

C'est en effet le moyen le plus efficace d'éviter les infestations massives (qui peuvent se produire très vite) et surtout de protéger la santé de son animal, car nombreux sont les parasites qui peuvent transmettre des maladies par le biais de leurs piqûres ou leurs morsures. Tous les chiens sont concernés, même ceux qui vivent en appartement, car ils peuvent en attraper lors des promenades quotidiennes. Le maître peut aussi involontairement ramener des parasites au domicile, accrochés à ses vêtements ou ses chaussures.

 

En cas d’infestation par des puces, il faut traiter tous les animaux de la maison, ainsi que les objets et tissus qu'ils utilisent, comme le panier. Les puces ne sont pas une fatalité : même en cas d'infestation massive, il existe des solutions pour se débarrasser des puces à la maison et sur son chien.

 

Pour ce qui concerne les tiques en particulier, elles s’attrapent dans les hautes herbes et les sous-bois humides. Mieux vaut donc éviter autant que faire se peut de promener son chiot dans ce genre d'endroits. Et au retour de la promenade, n’oubliez pas d’inspecter tout le corps de l’animal, y compris l'intérieur de ses oreilles et l'espace entre ses doigts.

La vermifugation

Vermifugation d'un jeune chien par le vétérinaire

Chez le chiot, la vermifugation est nécessaire pour sa santé, car ses défenses immunitaires sont encore fragiles. Elle est à faire tous les 15 jours à partir de l'âge de 2 semaines jusqu'à ce qu'il ait 3 mois, puis tous les mois jusqu'à ce qu'il ait 6 mois. Au-delà, il est possible de vermifuger son chien au même rythme qu'un animal adulte.

 

Généralement, lorsqu'on adopte un chiot, il a déjà été vermifugé par son précédent propriétaire. Il faut donc se renseigner sur la date du dernier traitement qu'il a reçu, pour calculer quand auront lieu les prochains. Il n'est pas nécessaire d'utiliser le même produit que celui qu'il recevait jusqu'alors ; par contre, il faut s'assurer de choisir un vermifuge adapté à son âge, car certains sont trop forts pour des animaux aussi jeunes.

 

 En cas d’infestation soupçonnée ou avérée, consultez votre vétérinaire, qui vous fournira un produit adapté.

L'identification

L'identification d'un chien par le vétérinaire

L'identification du chien par puce électronique et/ou tatouage est obligatoire dans de nombreux pays.

 

C'est le vétérinaire qui s'en charge, le plus souvent lors d'une visite de routine ou en même temps qu'un vaccin.

 

Par la suite, il faut bien penser à mettre à jour l'adresse et les coordonnées transmises à l'organisme qui gère les identifications, en cas de déménagement par exemple. Ceci est crucial pour espérer le retrouver s'il se perd, s'il fugue ou même s'il est volé.

Bien démarrer l'éducation de son chien

Chiot Husky Sibérien jouant avec sa propriétaire sur une pelouse

Pour que l'éducation du chiot soit réussie, il faut aussi prendre conscience qu'il communique avec des codes et des signaux qui lui sont propres. Il est donc nécessaire de comprendre le langage de son chien et de respecter les règles suivantes : 

 

  • Félicitez toujours votre chiot lorsqu’il se comporte bien. Vous pouvez par exemple lui donner des friandise, à condition de ne pas en abuser pour ne pas déséquilibrer son régime alimentaire.

 

  • Corrigez immédiatement un comportement indésirable par un « non ! » ferme, mais sans le punir. Vous pouvez également utiliser les effets de diversion, comme un petit claquement dans les mains ou un bruit de la bouche (« tsss, tsss » par exemple) pour l'inviter à vous rejoindre si vous le surprenez à faire une chose qui lui est interdite.

 

  • Posez les bases de la hiérarchie dès son arrivée dans le foyer. Un chien a en effet besoin de connaître sa place dans la famille : c'est ainsi qu'il sait ce qu'il a le droit de faire ou non, et qu'il peut trouver son équilibre. Pour montrer à son chien qui est le maître, vous devez donc mettre en place certains comportements typiques d'un leader (par exemple manger avant lui, ne pas le laisser dormir dans le lit, ne pas le laisser prendre de décisions, etc.) et vous y tenir dans le temps. Faites-vous aider d'un éducateur si vous ne savez pas comment vous y prendre ou si vous avez un chiot difficile à éduquer, histoire de poser d'emblée les bonnes bases.

 

  • Il existe des choses à apprendre en priorité à son chien, comme la propreté, les ordres de base ou la solitude. Elles sont indispensables pour une bonne cohabitation, mais un apprentissage tardif est beaucoup plus difficile. Vous devez donc vous y astreindre dès que le chiot arrive dans la maison. Il n'est bien sûr pas question de tout lui apprendre d'un coup, mais de procéder par étape, tout en faisant comme s'il s'agissait d'un jeu afin de mieux capter son attention et de faciliter l'apprentissage.

 

  • Apprenez à votre chiot qu’il est normal de lui toucher les oreilles, la gueule, les pattes en le manipulant très régulièrement. Une main sur le crâne, le cou et le garrot est un geste perçu comme de la dominance par le chiot. S'il grogne quand vous le caressez, c'est qu'il veut affirmer son autorité. Il est alors conseillé de le réprimander sans brusquerie ni violence, pour lui faire comprendre qu'il doit rester à sa place.

 

Le chien, comme tous les mammifères élevés par un groupe, va ainsi apprendre comment vivre dans un biotope, c'est-à-dire un milieu présentant des conditions de vie homogènes, et comment correspondre avec les membres du groupe ou ceux d'autres groupes.

Le mot de la fin

Adopter un chiot est un grand moment : pour vous permettre de partir sur de bonnes bases, d'éviter les erreurs et de connaître les bons comportements à adopter, il peut être intéressant de faire appel à un comportementaliste pour chien. Ces spécialistes de la relation humain/chien peuvent guider le maître dans cette aventure et le renseigner plus en détail sur certains enseignements, comme la propreté ou la hiérarchie. Il ne faut pas attendre que les problèmes surviennent pour réagir, car plus le temps passe, plus il est difficile de rectifier le tir.

 

En parallèle, il ne faut pas oublier d'effectuer les démarches administratives après l'adoption d'un chiot. Cela inclut notamment de le faire identifier par puce électronique ou tatouage, de s'assurer que son assurance responsabilité civile couvre bien les éventuels dégâts causés par son chiot, de souscrire une assurance santé pour animaux afin de garder la maîtrise de son budget, et éventuellement de faire confirmer le pedigree de son chien.

Dernière modification : 03/03/2022.

Commentaires sur cet article

Bonjour,



J'ai adopté un p'tit chiot Boston Terrier, il est à la maison depuis 3 jours et tout en étant chaleureux et doux, on veut lui poser les interdits de suite.

Je suis confuse quand je lis "Ne secouez jamais votre chiot par la peau du cou, cela peut le traumatiser. Ne lui criez pas dessus, il pourrait devenir peureux"

On fait comment du coup pour lui faire comprendre un interdit ? Pour le moment je disais "non!" d'un ton sec et je le prenais par la peau du coup. C'est pas ça qu'il faut faire ?

Il y a tellement d'informations concernant le comportement à adopter pour être le dominant et lui le dominé... en pratique c'est différent. Comment se faire respecter sans lui faire peur ?

Merci de répondre et bonne journée ! :)

   
Par Marie

Je prépare ma maison pour l'arrivé d'un bébé ... poilu comme humain. Tout ce qui sera à sa portée doit ne pas être dangereux pour lui. C'est le plus gros travail en attendant l'arrivée du bébé ! Il faut passer la maison au peigne fin. Pour moi qu ai un appartement bien rempli, ça représente une bonne somme de travail. Il faut penser à tout : produits divers, plantes, fils, métariaux et objets divers.
Et ce ne sera pas fini lors de l'arrivée du chiot ! Il faudra surveiller ce petit être une fois qu'il sera là : avec quoi joue t(il ? Qu'est ce qu'il a dans la gueule ? Où est-il ?
c'est ça, les gosses, toujours un peu du souci, mais toujours du bonheur, qu'ils soient poilus ou humains !

0    0
Par CocciNim

Je n'ai pas les moyens d'acheter un chien (juste celui de lui payer vaccins et tatouages) alors je ne les ai pas pour un comportementaliste !
Ce serait bien de faire un peu de bénévolat, par exemple des réunions dans les mairies, les centres communaux d'action sociale ou autres, pour les pauvres et les handicapés (ben oui, on est pauvre, en plus !) pour leur donner de bonnes bases. J'ai la grande chance d'avoir Internet mais c'est bien loin d'être le cas de tout le monde.
Ce site est très intéressant.

0    0
Par CocciNim

J'ai 11 ans et je trouve ce site formidable, j'acheterai mon chien dans 9 ou 10 jours et les textes: L'arrivée du chiot 1, 2 et 3 m'aideronts bien j'en suis sur merci beaucoup.
Merci Thomas


Ouaf Ouaf !!!

0    0
Par Thomas

ce site est formidable pour les amoureux des chiens,en tout cas sa ma bien aider merci et bonne fête à tous.^_^

0    0
Par mn

c'est génial merci pour les conseils

0    0
Par emma

prévoir un comportementaliste c'est bien, mais si l'on cherche son chien chez un éleveur digne de ce nom, il saura nous donnez tout les bon conseils pour accueillir son chiot, et même pour la suite !

0    0
Par kaa

bonjour je voulais dire que ce site est tres bien fait.moi,j'ai un chien agé de 13 ans et comme ,depuis peu je suis les conseil de ce site il"pete la forme"

0    0
Par lika789

merci poure le site et votre conseil walah un grand merci

0    0
Par youcef

Très bon article avec des conseils sensés et utile.
J'ai un chiot labrador de 2 mois et demi et utiliserai vos conseils.
Merci.

0    0
Par Ravisé-Noël

j'adore ce site il est trop bien est merci pour les conseille je les suivrer pour bien eduquer mon chiot que je devrais avoir quand ma mere vera barrer la maison enfin mettra des barriere dehors

0    0
Par mallauriiie

merci pour le site

0    0
Par walid

bonjour Mr le moderateur je suis une passionnée des animaux et speciallement les chiens mais maleureusement mes parents ne veulent pas alors je me console en apprenant de plus en plus sur mes animaux préférée merci pour ce site super

0    0
Par sali

J'aime bien ce site et les articles qu'il comprend. Je suis vétérinaire, où plutôt apprentie vétérinaire et je m'en sert pour mes études. Bravo à tous les créateurs de ce site.

0    0
Par Elo69

je vais bientot avoir un braque francais et je voudrai savoir comment je pourrai l'eduquer a ne pas faire pipi dans la maison alors que je travail toute la journée pouvais vous m'aider

0    0
Par lulup

j'aime bcp vos conseils...je viens d'acheter une petite femelle yorkshire...elle a 3 mois...elle etait encore avec sa maman et plsieurs autres petits yorkshires....mon mari et moi devront etre patients....mais ns avons deja un male de la meme race..qui a 11 ans(opere)...ca devrait bien aller
merci encore..
colette

0    0
Par colette

Cet article sur le chiot est vraiment instructif, mais moi mon chiot basenji de 2 moi et demi fais ses besoins a la maison et quand je la sort elle se retient de faire ses besoins je ne comprend pas du tout pourquoi, pouvez vous m'aidez, merci.

0    0
Par jennyamstaff

je trouve cette article bien. mon probleme de mon chiot ces quel fait pipi dans son coin a place sur le journal quoi faire merci.

0    0
Par julie

Je compte prendre un chiot mais en travaillant, ne rentrant pas déjeuner (donc partant environs 10 h) comment l'éducquer à être propre ? Je ne vois pas comment le laisser toute la journée dans son pipi.. Peut-être faut-il le prendre quand il aura 5 ou 6 mois ? Merci de me répondre et de me dire si ce n'est pas un peu d'égoïsme de ma part de prendre un chien qui reste seul la journée... J'avais un labrador et je culpabilisais un peu... J'envisage de prendre un braque français, supporte-t-il bien la solitude contrairement au labrador..

MERCI

0    0
Par cathy

je trouve aussi que cette article est parfait, je conte bien me servir de ces conseil et les mettres en pratique. Merci..

0    0
Par nénétte

Votre arcticle est parfait, il répond exactement aux questions que je me posais et donne de bons conseils que je vais suivre dès l'arrivée de notre future petit chiot... Merci.

0    0
Par thomas.tricot

Discussions sur ce sujet