Adopter un chiot ou un chien adulte / senior : que choisir ?

Adopter un chiot ou un chien adulte / senior : que choisir ?

Choisir quelle race de chien adopter ne suffit pas : le futur maître doit aussi décider de l'âge de son compagnon. En effet, même si la plupart des futurs propriétaires optent pour un chiot, il est tout à fait possible d'adopter un chien adulte, voire même un senior. Tout dépend de ce que le maître recherche, et des objectifs qui sont les siens.


Voici donc un tour d'horizon complet des avantages et inconvénients de chacune des options selon différents critères, afin de bien choisir entre chiot, chien adulte et chien senior.

Sommaire de l'article

  1. Page 1 : Pourquoi faut-il bien choisir son chien ?
  2. 1. Un choix large en théorie
  3. 2. Un choix en réalité compliqué
  4. 3. Mauvais choix : quelles conséquences ?
  5. 4. Où trouver le chien choisi ?
  6. 5. Quand adopter le chien choisi ?
  7. Page 2 : Quelle race de chien choisir ?
  8. 1. Les critères pour choisir une race de chiens
  9. 2. Les besoins essentiels de la race
  10. 3. Choisir une race selon son caractère
  11. 4. Choisir une race selon ses aptitudes
  12. 5. Choisir une race selon son budget
  13. 6. Le piège de l'apparence
  14. 7. Se renseigner sur chaque race
  15. 8. La race ne fait pas tout
  16. Page 3 : Adopter un chiot ou un chien adulte / senior : que choisir ?
  17. Page 4 : Adopter un chien mâle ou une femelle : que choisir ?
  18. 1. Les différences de gabarit
  19. 2. Les différences de caractère
  20. 3. Les différences hormonales
  21. 4. Les différences de prix
  22. Page 5 : Jour J : quel chien choisir ?
  23. 1. Adopter un chien en bonne santé
  24. 2. Adopter un chien équilibré

À quel âge peut-on adopter un chien ?

À quel âge peut-on adopter un chien ?

Dans un certain nombre de pays dont la France, l'âge légal minimal pour adopter un chien est de 8 semaines. En effet, le sevrage du chiot se terminant vers la fin du deuxième mois, les spécialistes estiment qu'il serait dommageable pour sa santé de le séparer de sa mère avant cet âge. La même règle s'applique d'ailleurs également aux chatons, qui sont sevrés à peu près au même âge.

 

À partir de 8 semaines, il est donc techniquement possible d'adopter d'un chiot. Toutefois, ce dernier n'est pas encore très mature et sa socialisation n'est pas terminée ; d'ailleurs, il ne découvre la peur qu'entre le deuxième et le troisième mois. Cette période est donc très sensible pour son développement, et mieux vaut qu'il soit alors entre les mains d'une personne expérimentée, parfaitement au fait de cet enjeu psychologique et capable de prendre les bonnes décisions en toute circonstance. À défaut, il peut devenir anormalement craintif ou agressif, développer des phobies, etc. : autant de problèmes de comportement susceptibles de le poursuivre toute sa vie durant, et de gâcher son existence ainsi que celle de son propriétaire. Pour cette raison, les éleveurs sérieux préfèrent généralement se charger eux-mêmes de cette étape cruciale et conseillent d'attendre l'âge de 3 mois avant d'adopter un chiot.

 

Au-delà de ce seuil, chaque maître est libre de choisir un chien de l'âge qui lui convient le mieux. Beaucoup optent pour un chiot, mais choisir un chien adulte voire senior a également ses avantages : l'essentiel est que l'adoptant sache dans quoi il s'engage, c'est-à-dire les particularités et exigences que chaque âge implique.

Chiot, chien adulte ou chien senior : avantages et inconvénients

Chiot, chien adulte ou chien senior : avantages et inconvénients

En règle générale, un chien est qualifié d'adulte à partir du moment où il finit sa croissance. Avant cela, il est considéré comme un chiot. Le seuil diffère selon les races, mais se situe vers 1 à 2 ans.

 

Plus tard, lorsque les premiers changements liés à la vieillesse se font sentir, il devient un senior. Cela se produit dès 5 ou 6 ans pour les races de chiens qui vivent le moins longtemps (et qui dépassent rarement les 10 ans).

 

Choisir un chiot, un chien adulte ou un chien déjà âgé n'est pas sans conséquence : en effet, chaque option présente des avantages et des inconvénients dont il faut bien avoir conscience avant de franchir le pas.

 

Par exemple, les personnes qui envisagent d'adopter un animal encore jeune doivent être conscientes que ce choix implique un prix d'achat bien plus élevé, un engagement sur une durée bien plus longue, un risque accru de tomber sur une arnaque et un effort d'éducation nettement plus conséquent.

 

En simplifiant, on peut synthétiser de la sorte les différentes contraintes inhérentes à chaque catégorie d'âge :

 

Critères Chiot Adulte Senior
Besoin d'éducation XXX XX X
Prix d'achat XXX X X
Durée d'engagement XXX XX X
Risque d'arnaque XXX X X
Mauvaises surprises XXX X X

 

Bien entendu, dans la mesure où la catégorie "chien adulte" est très large et comprend les individus âgés de 1 à 10 ans (pour les races de chiens qui vivent le plus longtemps et qui entrent donc plus tard dans la vieillesse), la notation est forcément simpliste. Par exemple, le niveau d'engagement que représente l'adoption d'un chien adulte n'est pas du tout le même selon que ce dernier ait 2 ans ou en ait 8 : difficile dans ce cas de mettre une note représentative des deux cas.

 

Les avantages et inconvénients de chaque catégorie d'âge sont ensuite détaillés dans les paragraphes suivants.

L'impact de l'âge du chien sur son besoin d'éducation

L'éducation représente souvent une part conséquente du temps que le maître consacre à son animal. Ce peut être le cas pour un chien déjà adulte qui n'a pas été éduqué correctement, mais c'est encore bien plus vrai pour un chiot : pour le coup, tout est à faire.

 

Quoi qu'il en soit, l'un et l'autre ne s'éduquent pas de la même manière, et il est important d'en être conscient au moment de choisir entre adopter un chiot ou un chien adulte.

L'éducation d'un chiot

L'éducation d'un chiot

Si on souhaite avoir le contrôle total sur l'éducation de son animal, par exemple parce qu'on le destine à un usage particulier, il est préférable d'adopter un chiot, bien plus malléable et surtout encore exempt de mauvaises habitudes. Un chien adulte ou même âgé s'éduque aussi, et il est possible de corriger le tir si certains enseignements n'ont pas été prodigués correctement, mais cela demande beaucoup plus de temps et de patience, et les résultats obtenus ne sont pas forcément aussi convaincants qu'en partant de zéro avec un jeune.

 

Cela étant, l'éducation d'un chiot est loin d'être de tout repos, même si c'est une expérience merveilleuse. Lorsqu'il est adopté très jeune, dès 2 ou 3 mois par exemple, il n'a encore aucune base et n'est même pas encore propre, contrairement par exemple à un chaton. Apprendre à son chien la propreté, les ordres de base, la marche en laisse ou encore le rappel peut s'avérer plus compliqué qu'il n'y paraît, en particulier si le maître a opté pour une race de chiens têtue comme le Bouledogue Anglais.

 

En outre, les chiots ont également tendance à se montrer plus curieux, foufous et inattentifs. Ils passent aussi généralement par une phase durant laquelle ils mordillent tout ce qui leur tombe sous la dent, ce qui peut être problématique pour le maître - en plus d'être dangereux pour eux.

L'éducation d'un chien adulte ou senior

L'éducation d'un chien adulte ou senior

L'avantage lorsqu'on adopte un chien adulte est que ce dernier est beaucoup plus calme et connaît déjà généralement tous ces rudiments : il peut donc faire le bonheur d'une famille sans demander beaucoup de temps d'éducation.

 

Bien sûr, tout dépend de la qualité de l'éducation qu'il a reçue jusqu'alors et des éventuels traumatismes qu'il a vécus par le passé et qui auraient pu lui avoir fait oublier certains ordres. Mais dans l'ensemble, même les sujets passés par la case refuge connaissent normalement déjà les rudiments : reconnaître leur nom, les ordres de base, la propreté...

 

Si le maître souhaite changer le nom de son compagnon ou quelques-unes de ses habitudes, cela reste possible, même si cela demande un peu de temps. En revanche, il serait probablement beaucoup plus difficile de revoir son éducation de fond en comble, en tout cas sans se faire aider par un éducateur canin. De fait, s'il a des exigences bien précises en termes d'éducation, il est sans doute préférable pour lui d'adopter un chiot, plus malléable et n'ayant pas encore pris de mauvaises habitudes.

L'influence de l'âge sur le prix du chien

S'il y a bien un aspect qui varie considérablement selon qu'on opte pour un chiot ou pour un chien adulte, c'est le prix d'achat. Même un très beau spécimen ou un individu appartenant à une race particulièrement chère voit son prix diminuer fortement une fois qu'il s'éloigne de ses premiers mois d'existence.

Le prix et les dépenses liées à l'adoption d'un chiot

Le prix et les dépenses liées à l'adoption d'un chiot

Les futurs adoptants craquent plus facilement pour la bouille des petits chiots, mais ceux-ci sont souvent vendus à des sommes non négligeables. Ainsi, il n'est pas rare que le prix d'achat d’un chiot de pure race avoisine voire dépasse les mille euros, y compris pour des races répandues comme le Berger Allemand.

 

De plus, choisir un chiot implique de devoir supporter diverses dépenses supplémentaires, comme celles liées à la stérilisation du chien, à ses primo-vaccinations ou encore à son identification par puce ou tatouage. Dans le cas de l'adoption d'un chien déjà adulte, celles-ci ont normalement déjà été supportées par une autre personne.

Le prix d'un chien adulte

Le prix d'un chien adulte

L'un des avantages d'adopter un chien adulte (voire âgé) plutôt qu'un chiot est que le plus souvent, il est peu cher voire cédé gratuitement, notamment parce que les acquéreurs potentiels ne se bousculent pas forcément au portillon.

 

Il existe toutefois des exceptions : par exemple, lorsque les éleveurs professionnels réforment leurs chiens reproducteurs devenus trop vieux pour être utilisés dans ce but ou présentant une tare conduisant à les exclure de la reproduction, ils peuvent les vendre presque aussi cher que des chiots, car il s'agit souvent de très beaux spécimens susceptibles par exemple de s'illustrer dans les expositions canines. Toutefois, cela est loin de représenter le cas général : les adultes sont globalement moins chers à l'achat que les jeunes.

 

D'autre part, choisir un adulte plutôt qu'un chiot permet de s'épargner diverses dépenses qui, mises bout à bout, représentent un montant non négligeable : les primo-vaccinations, le puçage du chien et bien souvent sa stérilisation.

La durée d'engagement en fonction de l'âge

La durée d'engagement que représente l'adoption d'un chiot, d'un jeune adulte, d'un toutou dans la force de l'âge ou d'un senior n'est évidemment pas la même.

La durée d'engagement avec un chien adulte

La durée d'engagement avec un chien adulte

L’espérance de vie d’un chien est d'une dizaine d'années en moyenne. Grâce aux progrès de la médecine vétérinaire, cette durée s'allonge, mais elle reste bien courte en comparaison par exemple de celle des humains.

 

Il existe toutefois des écarts importants d'une race à l'autre. De façon générale, alors que les plus petites dépassent les 12 ans d'espérance de vie voire approchent les 15, les plus grandes races sont aussi celles qui ont l'existence la plus brève : beaucoup ne dépassent pas 10 ans.

 

Ainsi, adopter par exemple un Mâtin Napolitain adulte voire déjà âgé, alors qu'il ne vit en moyenne guère plus de 8 années, c'est certes lui permettre de finir sa vie dans un foyer aimant, mais c'est aussi accepter l'idée que l'heure des adieux (qui arrive toujours trop tôt) n'est peut-être pas si loin... À l'inverse, un Chihuahua adopté au même âge a encore normalement de longues années devant lui.

 

Quoi qu'il en soit, il est important de se renseigner sur l'espérance de vie de la race à laquelle appartient le chien sur lequel on envisage de jeter son dévolu, tout en gardant en tête qu'il ne s'agit là que d'une moyenne mathématique : des surprises sont toujours possibles, dans le bon sens ou dans le mauvais. 

La durée d'engagement avec un chiot

La durée d'engagement avec un chiot

Adopter un chiot ou un très jeune adulte représente normalement un engagement sur une durée plus importante qu'adopter un chien adulte, a fortiori s'il fait partie des races de chiens qui vivent le plus longtemps : il est alors susceptible de passer pas moins d'une quinzaine d'années aux côtés de son maître.

 

Des années de bonheur pour le maître, certes, mais aussi de contraintes en tous genres : logistiques, financières, etc. Mieux vaut donc bien réfléchir avant de prendre une décision aussi engageante, car un chien n'est pas un objet dont on se débarrasse sans broncher si un jour on n'a plus le temps, le budget ou même l'envie pour s'en occuper comme il le faut.

 

Bien sûr, personne n'est à l'abri d'un coup du sort, et bien malin est celui ou celle qui peut prédire avec certitude ce que sera sa vie dans 5, 10 ou 15 ans. Néanmoins, si des éléments tangibles amènent l'adoptant à penser que des changements déterminants sont susceptibles de survenir dans sa vie dans les 5 à 10 prochaines années et pourraient remettre en question sa capacité à offrir de bonnes conditions d'existence à son animal, il est sans doute plus raisonnable d'opter pour un chien adulte voire senior que pour un chiot.

Le risque d'arnaques en fonction de l'âge

La malhonnêteté touche malheureusement tous les domaines, et n'épargne pas celui des animaux de compagnie. Cela étant, le risque de subir une arnaque n'est pas le même selon qu'on choisit un chiot ou un chien adulte.

Le risque d'arnaques avec un chiot

Le risque d'arnaques avec un chiot

La quasi-totalité des arnaques liées à la vente de chiens concernent des chiots, et en particulier les races à la fois chères et populaires. En effet, ce sont eux qui sont le plus en mesure d'attirer les foules et donc de faire gagner le plus d'argent aux personnes mal intentionnées.

 

Dans l'ensemble, on trouve trois types d'arnaques avec des chiens :

 

  • celles qui promettent un animal en échange du versement d'une somme en avance, supposée généralement servir à payer son transport, des formalités ou encore des soins à lui prodiguer. En réalité, l'animal en question n'existe pas. Une fois le montant versé, l'auteur de l'escroquerie ne donne plus signe de vie, ou trouve un autre prétexte pour réclamer un nouveau paiement (il peut par exemple prétexter que le chien est malade et doit subir d'urgence une intervention vétérinaire coûteuse) ;

 

  • celles qui font passer l'animal vendu pour un chiot de pure race appartenant à une race chère, alors que ce n'est pas le cas. Cela permet d'augmenter sensiblement son prix d'achat, et donc de gagner facilement beaucoup d'argent par exemple en falsifiant simplement le pedigree du chien ;

 

  • celles qui proposent à la vente un animal supposé être en bonne santé, bien traité et élevé dans de bonnes conditions, alors qu'il est en réalité originaire d'une usine à chiots, c'est-à-dire d'un élevage intensif dans lequel les animaux sont globalement considérés comme de simples marchandises dont il faut tirer le plus grand profit possible. Ses papiers sont le plus souvent faux, et il n'a parfois même pas l'âge légal minimum pour pouvoir être vendu. Surtout, il risque de développer à plus moins brève échéance toutes sortes de problèmes de santé et/ou de comportement.

 

Dans les trois cas, l'adoptant se retrouve à payer une forte somme d'argent pour un animal d'une "valeur" moindre que celle annoncée, voire pour pas d'animal du tout.

Les arnaques avec un chien adulte

Les arnaques avec un chien adulte

Une possibilité de réduire fortement le risque de se retrouver confronté à des arnaques est d'opter pour un chien adulte ou un senior.

 

En effet, même si elles peuvent aussi exister dans ce cas, elles sont beaucoup plus rares que chez les chiots. De fait, comme les animaux déjà adultes se vendent beaucoup moins chers et trouvent moins facilement preneurs, les personnes malhonnêtes sont peu intéressées car moins susceptibles d'en tirer un quelconque profit.

Le risque de mauvaise surprise en fonction de l'âge

Le risque de mauvaises surprises est un autre aspect qui dépend considérablement de l'âge auquel on adopte.

Le risque de mauvaises surprises avec un chiot

Le risque de mauvaises surprises avec un chiot

Dans l'ensemble, le risque de mauvaises surprises est bien plus important avec un chiot qu'avec un adulte ou un senior.

 

En effet, même s'il existe désormais des tests de caractère pour chien permettant de se faire une idée du tempérament futur de son jeune compagnon, ils sont loin d'être infaillibles et ne peuvent donner qu'une première indication, car beaucoup d'évènements sont susceptibles d'influer sur la personnalité d'un animal (en particulier la façon dont son maître s'en occupe).

 

De la même façon, la morphologie du chien peut considérablement changer pendant la croissance : la couleur de sa robe ou de ses yeux peut évoluer, son pelage devenir plus épais, sa taille être multipliée par 2 ou 3, etc. Il n'est d'ailleurs malheureusement pas rare de voir certaines personnes finir par abandonner leur animal car celui-ci ne leur plaît plus une fois adulte.

Le risque de mauvaises surprises avec un chien adulte

Le risque de mauvaises surprises avec un chien adulte

Adopter un chien adulte, qui a donc déjà fini sa croissance, permet de limiter grandement le risque de mauvaises surprises, car son caractère et son apparence sont déjà figés.

 

Il faut tout de même prendre soin de se renseigner notamment sur son passé, les raisons pour lesquelles son maître précédent ne l'a pas gardé, et la façon dont celui-ci s'en occupait. En effet, si les chiens adultes disponibles à l'adoption sont loin d'être tous caractériels et agressifs, ils peuvent tout de même avoir subi des maltraitances ou des épreuves difficiles, et donc nécessiter une prise en main particulière.

Dernière modification : 03/19/2021.