Offrir un chien en cadeau (Noël, anniversaire...), une bonne idée ?

Offrir un chien en cadeau (Noël, anniversaire...), une bonne idée ?

Selon le dictionnaire Larousse, un cadeau est une « chose que l'on offre à quelqu'un pour lui faire plaisir ». Or, un animal n'est ni une chose, ni un jouet, une peluche ou un robot à la truffe informatisée : c'est un être vivant qui ressent des émotions, qui aime, qui souffre... qui vit, tout simplement.


Dès lors, même si cette pratique est encore largement répandue, est-ce réellement une bonne idée que d'offrir un chien en cadeau ?

Offrir un chien à un enfant

Lorsqu'un chien ou un chiot est offert à quelqu'un pour lui faire plaisir, c'est très souvent à un enfant. En effet, pour ce dernier, un animal représente le compagnon et confident idéal, à la fois joueur, drôle, câlin et empathique. S'il est de grande taille, il peut également avoir l'image d'un protecteur ou d'un gardien.

À quelle occasion offrir un chien à un enfant ?

À quelle occasion offrir un chien à un enfant ?

Il n'y a pas vraiment d'âge pour offrir un chien à un enfant. Dès que ce dernier est capable de verbaliser ses désirs, vers 3 ou 4 ans, il est possible de répondre positivement à son souhait, même si évidemment, un enfant plus grand apprécie généralement davantage son "cadeau" à sa juste valeur.

 

De manière générale, les jeunes enfants commencent à en réclamer un après en avoir vu un de leurs propres yeux, par exemple en interagissant avec celui du voisin ou d'un de leurs camarades de classe. Cela peut également être à l'occasion d'un film dont le héros est un chien, comme Les 101 Dalmatiens ou Beethoven.

 

Dans ces cas-là, l'occasion saisie pour répondre positivement à cette demande est généralement le jour d'anniversaire de l'enfant en question ou la période de Noël. Il peut aussi s'agir d'une récompense en raison d'un bon comportement : de bons résultats à l'école, l'obtention d'un diplôme, la réussite d'un examen...

 

Mais offrir un chien à un enfant est aussi possible et parfois même souhaitable dans le cas inverse, c'est-à-dire par exemple s'il est en échec scolaire, s'il a du mal à gérer son stress ou s'il souffre d'un retard mental.

 

En effet, s'occuper d'un animal a de nombreux bienfaits pour les jeunes, ce dernier faisant office de confident, de protecteur et de compagnon indéfectible. Une adoption peut donc les aider à se responsabiliser, canaliser leur stress, les rassurer et/ou les faire grandir. À titre d'exemple, les bienfaits du chien pour les enfants autistes ne sont plus à prouver.

Les risques d'offrir un cadeau à un enfant

Les risques d'offrir un cadeau à un enfant

Nombreux sont les parents qui répondent positivement à la demande de leur cher petit, que ce soit par volonté de lui faire plaisir, de le récompenser pour son attitude ou simplement parce qu'avoir un chien est bon pour la santé. Si en théorie cette décision est noble, la réalité n'est souvent pas aussi rose que ce que l'on peut imaginer de prime abord.

 

En effet, même si l'enfant qui reçoit un chien en cadeau est déjà grand, il est peu probable qu'il ait réellement conscience de l'engagement que cela représente au quotidien : il faut le nourrir, le brosser, le sortir, jouer avec, lui brosser les dents, le laver de temps en temps, nettoyer ses bêtises, s'en occuper quand il est malade, etc. Les premiers temps, l'enfant s'attèle généralement à la tâche comme il se doit, mais il y a des chances qu'une fois passé l'enthousiasme des débuts, il se lasse de ces différents devoirs et mette nettement moins de bonne volonté à les remplir.

 

La question se pose alors : qui devra prendre le relai ? Qui sortira le chien de nuit, sous la pluie ou dans le froid ? Qui devra s'en occuper au quotidien ? Et pendant les congés et les weekends, que fera t-on de lui, s'il n'est pas possible de l'emmener avec soi ?

 

Les parents doivent donc être conscients que ce sont principalement eux qui auront à s'occuper de l'animal, et que sa présence dans le foyer, non contente de nécessiter du temps et de l'argent, exige également certains sacrifices. Ces aspects sont bien souvent sous-estimés, et constituent d'ailleurs une des causes des abandons de chiens qui continuent de se produire par dizaine de milliers chaque année, tous pays confondus.

Offrir un chien à une personne âgée

À quelle occasion offrir un chien à une personne âgée ?

À quelle occasion offrir un chien à une personne âgée ?

Au delà du cas des enfants évoqué précédemment, il peut également être tentant d'offrir un chien à une personne âgée, en particulier si celle-ci vit seule : cela lui permet d'avoir un peu de compagnie, de la stimuler au quotidien, voire de lui fournir une raison de vivre (par exemple après le décès du conjoint ou d'un proche).

 

Là encore, tout comme pour les enfants, Noël et le jour anniversaire sont généralement les périodes de l'année les plus appréciées pour offrir un chien à une personne âgée. D'autres évènements sont également susceptibles de représenter une bonne occasion de faire un tel cadeau : un départ à la retraite, la solitude liée au décès récent du conjoint ou à un isolement, un retour au foyer après une hospitalisation... Le geste vient alors très souvent de l'entourage proche, à savoir les enfants, les frères et soeurs, les amis intimes, etc.

Les risques d'offrir un chien à un senior

Les risques d'offrir un chien à un senior

Même si cela part à la base d'une bonne intention, est-ce réellement une bonne idée d'offrir un chien à une personne âgée ?

 

En effet, ce dernier a besoin d'un minimum d'activités physiques chaque jour ; pour certaines races de chiens très sportives, le besoin d'exercice peut même représenter plusieurs heures au quotidien ! Va-t-elle avoir assez d'énergie pour assurer les promenades, les séances de jeux et les sorties quotidiennes, quelle que soit la météo ?

 

L'éducation est également un aspect à prendre en compte : apprendre la propreté à un chiot, gérer les éventuels troubles de comportement, faire face à ses éventuelles maladies et autres problèmes de santé, montrer à son chien qui est le maître... sont des tâches souvent plus difficiles à réaliser pour une personne âgée, généralement moins stricte sur ces questions.

 

Dans un autre registre, peut-elle supporter sans peine tous les frais qu'implique la possession d'un chien, comme ceux liés à son alimentation, son entretien, son hygiène, ses sorties, ses jeux, les accessoires à lui acheter, sa santé, ou encore sa garde en cas d'absence ? Beaucoup de seniors bénéficient d'une petite retraite et n'ont pas forcément le budget nécessaire pour subvenir à la fois à leurs besoins et à ceux de leur compagnon.

 

Enfin, il faut malheureusement envisager ce que deviendrait le chien si le senior ne parvenait plus à s'en occuper correctement, quelle qu'en soit la cause (hospitalisation, entrée dans une maison de retraite, maladie physique ou mentale empêchant de remplir le rôle de maître, décès...). Si l'un de ces cas de figure se présente : qui pourrait prendre en charge l'animal, temporairement voire définitivement ?

Adopter un chien, un engagement dans la durée

Adopter un chien, un engagement dans la durée

L'arrivée d'un chiot à la maison est aussi bouleversante que celle d'un bébé : c'est tout le quotidien qui s'en trouve transformé. Il s'agit en effet d'un engagement sur différents aspects (temps à consacrer, affection à donner, coût financier, conséquences logistiques...) et s'inscrivant sur la durée. Autant dire que cette décision ne doit pas être prise sur un coup de tête.

 

Parmi les nombreuses questions à se poser avant d'adopter un chien, il y a notamment les suivantes :

  • qui va le sortir quotidiennement, même par temps froid et pluvieux ?
  • qui va ramasser ses excréments ou changer sa litière ?
  • qui va le brosser, le laver et le soigner ?
  • qui va s'occuper de lui tous les jours, et ce pendant dix à quinze ans ?

 

De plus, posséder un animal n'est pas sans conséquences financières, du fait notamment de :

  • la vaccination et les rappels devant être effectués chaque année ;
  • l'identification par puce électronique ou tatouage, obligatoire dans de nombreux pays ;
  • les traitements antiparasitaires internes et externes (vers, puces, tiques...) ;
  • les soins vétérinaires en cas de maladie ou d'accident ;
  • l'entretien du pelage ;
  • la garde du chien pendant les absences (vacances, weekend, déplacements professionnels...) ;
  • les accessoires indispensables (jouets, panier, collier, laisse, niche, cage de transport, filet de protection pour la voiture...).

 

Au final, le coût annuel d'un chien est de plus de 1000 euros (sans compter le montant à payer lors de l'adoption, qui peut s'élever à plus de 1000 euros pour certaines races de chiens très chères). C'est donc également un engagement financier.

Les règles avant d'offrir un chien à un enfant

Les règles avant d'offrir un chien à un enfant

Pour offrir un animal à un enfant, il est essentiel que celui-ci soit conscient que le chien sera le sien, pas celui de papa ou maman. Son compagnon signifiera des moments de joie, mais aussi des corvées, et il doit être capable de les assumer, sous l’œil bienveillant - et avec l'aide discrète - de ses parents. Il devra s'occuper de son entretien (brossage, bain, nettoyage des yeux et des oreilles...), de son alimentation, des promenades quotidiennes du chien... Au delà, il sera impliqué dans son éducation, pour laquelle un certain consensus familial est tout de même requis. 

 

En effet, tous les membres de la famille doivent se mettre d’accord sur les règles de vie de la maison - en particulier, ce qui est permis ou interdit - et les modalités de communication avec l'animal : tous doivent utiliser un même vocabulaire et une même mimique appropriée quand ils s'adressent à l'animal.

 

Avant d'offrir un chien à un enfant qui en fait la demande, les parents doivent donc s'assurer qu'il ne s'agit pas d'une simple passade, et qu'il est bien conscient des inconvénients que cela peut représenter. L'emmener dans des expositions canines, dans des clubs d'éducation canine ou chez des éleveurs proposant les races que l'enfant affectionne peut aider parent comme enfant à y voir plus clair quant à la pertinence d'une telle adoption. Le cas échéant, cela peut aussi permettre de clarifier le choix de l'animal. 

 

En particulier, le choix de la race est capital. Celle que l'enfant privilégie peut s'avérer ne pas être appropriée pour lui et/ou ne pas être compatible avec le mode de vie de la famille. Il peut donc avoir son mot à dire, mais il est important par exemple de lui faire comprendre qu’il est plus facile de maîtriser des races de chiens de petite taille que celles qui grandiront beaucoup trop vite pour lui.

 

Sans oublier qu'en cette période de fêtes et d'excitation, avec les déplacements et la fréquentation de nombreuses personnes que cela implique, les conditions sont loin d'être propices pour accueillir un animal correctement. L'arrivée d'un chien à la maison est toujours source de stress et de peur pour lui, puisqu'il perd à ce moment-là tous ses repères. Une arrivée dans de telles circonstances peut donc être doublement stressante.

Un chien en cadeau : cadeau empoisonné ?

Un chien en cadeau : cadeau empoisonné ?

Quand un animal est offert en cadeau, nombreux sont les aspects susceptibles de décevoir - voire carrément déplaire à - le récipiendaire. Il peut s'agir par exemple de sa race, de sa couleur, de son sexe, de son âge, mais aussi et surtout de son comportement, qu'il est difficile de bien connaître à l'avance (joueur ou timide, câlin ou indépendant, craintif ou tête brûlée, silencieux ou aboyeur, destructeur ou sage, etc).

 

On ne le répétera jamais assez : un animal n'est pas un objet. Ce n'est pas un téléphone portable que l'on achète, que l'on use, que l'on jette, puis que l'on remplace facilement. C'est un engagement à long terme pour la personne destinataire du cadeau. Disponibilité, patience, indulgence, respect, calme et constance sont indispensables pour une adoption réussie, et cela n'est malheureusement pas toujours le cas.

 

Autant dire que l'animal doit réellement et profondément être désiré. Avant d'envisager d'offrir un animal en cadeau à quelqu'un, il faut donc être certain(e) à 200% qu'un tel cadeau répondrait à une réelle envie de sa part. Et pour être certain que la personnalité et l'apparence de l'animal correspondent aux attentes de la personne à qui est destiné ce cadeau vivant, rien de mieux que reste d'aller chercher l'animal avec elle.

Offrir un chien à un foyer, ou offrir un foyer à un chien ?

Offrir un chien à un foyer, ou offrir un foyer à un chien ?

Si l'on souhaite réellement offrir un chien à quelqu'un pour Noël, pour son anniversaire, pour son départ à la retraite ou pour toute autre occasion, pourquoi ne pas explorer d'abord la solution refuge animalier, au lieu de se tourner d'emblée vers un éleveur ? Les candidats à l'adoption, de toutes races et de tous âges, certains même abandonnés plusieurs fois, ne manquent pas.

 

Et puisqu'on parle notamment de Noël, c'est l'occasion de signaler qu'en France, chaque année aux alentours de mi-décembre, la Société Protectrice des Animaux (S.P.A.) organise son Noël des Animaux, où elle présente des centaines de chiens et chats issus de différents refuges pour les proposer à l'adoption. D'après les mots de la présidente de l'association en 2016, « le Noël des Animaux n’est pas une occasion donnée aux familles d’offrir un animal en cadeau. C’est au contraire l’occasion d’offrir comme cadeau un nouveau foyer à un animal ». 

 

Au passage, si un enfant exprime sur la durée l'envie qu'un chien intègre la famille, pourquoi ne pas commencer par aller dans un refuge afin de le mettre en contact avec des animaux en situation réelle, et voir sa réaction ? Non seulement ce sera un bon test pour s'assurer de sa motivation, mais en plus, toute la famille fera une bonne action en permettant à des animaux de refuge de partir en promenade, avoir un peu de compagnie et/ou partager des moments de jeux.

Le mot de la fin

Malheureusement, chaque année, des milliers d'animaux sont abandonnés, qui à l'origine avaient été offerts comme cadeaux, avec les meilleures intentions du monde. Ainsi, beaucoup de chiens présents aujourd'hui dans les refuges étaient les chiots des vitrines de décembre dernier, qui n'attendent qu'une seconde chance et, pour les fêtes, la chaleur d'un nouveau foyer.

 

Pour autant, faut-il blâmer la personne désemparée par un « cadeau empoisonné , ou bien celle à l'origine de ce cadeau inapproprié ? Offrir une deuxième chance à son chien en lui trouvant un nouveau foyer, quand il n'était pas désiré et/ou ne correspond pas aux attentes ou au mode de vie de ses nouveaux propriétaires, est-il toujours une mauvaise chose ?

 

En tout état de cause, mieux vaut donc clairement que le choix d'adopter et celui du chien adopté soient laissés à ceux qui sont effectivement prêts à accueillir un compagnon pour la vie, et effectuent cette démarche en étant pleinement conscients de ce que tout cela implique.

Dernière modification : 12/14/2020.