10 mauvaises raisons d'adopter un chien

Un homme se baisse pour attraper un petit chiot

Prendre la décision d'adopter un chien n'est pas un acte anodin, car l'adoption représente un engagement majeur et sur la durée. Elle ne saurait être prise à la légère, et demande au contraire mûre réflexion.


Or, même si l'on pense bien faire, il arrive parfois de se décider sur la base de mauvaises raisons - y compris parfois de manière inconsciente. Il est donc utile de connaître celles-ci pour s'assurer que lorsqu'on adopte, on s'est bien posé les bonnes questions, sans s'être laissé influencé par des critères qui ne devraient pas entrer en ligne de compte - voire exposent à de sacrées déconvenues.


Voici donc un passage en revue de 10 fausses bonnes raisons pour adopter un chien, même si elles peuvent sembler parfaitement légitimes de prime abord.

Parce qu'on se sent seul

Une femme triste fait un câlin à son chien

Lorsqu'on vit seul et que l'on souffre de cette situation, il peut être tentant d'adopter un chien. Après tout, qui de mieux placé que le meilleur ami de l'Homme pour tenir compagnie en cas de besoin ? Pour peu que l'on opte pour une race de chien affectueuse et qui aime les câlins, cela semble vraiment une très bonne option pour éviter de trop souffrir de la solitude.

 

Pourtant, dans la pratique, se sentir seul est loin d'être une raison suffisante pour franchir le pas. En effet, même si l'on adopte bien sûr pour soi-même, on doit le faire aussi pour l'animal, et ne pas perdre de vue qu'il a également un besoin d'attention qu'il faut combler. Or, être seul à l'instant présent ne signifie pas qu'on le sera éternellement : qu'adviendra-t-il de lui une fois qu'on sera en couple, voire qu'on aura des enfants ? Aura-t-on toujours autant le temps et l'envie de le câliner, si l'on n'en a plus autant « besoin » ?

 

Ainsi, adopter un chien ne doit pas être une décision à prendre uniquement sur la base de la situation présente : il faut aussi anticiper quelle vie et quelles attentes on aura dans les 5, 10 voire 15 prochaines années - même s'il est évidemment impossible de tout prévoir.

Parce qu'on a déjà un chien et qu'il s'ennuie

Un chien Beagle s'ennuie, allongé sur un canapé

Quand on a une vie très chargée, il est courant de ne pas avoir suffisamment de temps pour s'occuper correctement de son animal de compagnie et lui accorder toute l'attention qu'il demande. Cela explique que beaucoup de chiens s'ennuient de manière ponctuelle ou chronique, faute d'avoir assez d'occasions d'être occupé et de partager des moments de complicité avec leur famille. Le problème se pose tout spécialement pour ceux qui sont le seul animal du foyer.

 

Pour résoudre ce problème, il est tentant d'adopter un deuxième chien afin d'offrir un peu de compagnie au premier et d'éviter qu'il ne se sente trop seul. Malheureusement, il s'agit d'une fausse bonne idée, car il ne suffit pas de mettre deux toutous ensemble pour qu'ils s'occupent et soient heureux - sans même parler du risque qu'ils ne s'entendent pas, et donc que le premier devienne en fait encore plus malheureux. De plus, avoir deux animaux implique de dégager encore plus de temps pour prendre soin d'eux : c'est bien sûr problématique si l'on a déjà du mal à s'occuper d'un seul. Bien souvent, on se retrouve finalement avec deux chiens malheureux au lieu d'un seul.

 

Pour autant, il serait erroné d'en conclure précipitamment qu'adopter un deuxième animal est forcément une mauvaise idée : simplement, cela doit venir d'une réelle volonté d'avoir un compagnon supplémentaire, et non pas que ce soit vu comme une solution miracle pour résoudre les problèmes que l'on a avec le premier.

Parce qu'on a un coup de coeur pour un chien

Deux chiots Corgis mignons avec des coussins en forme de coeur

Il est difficile de ne pas craquer devant certaines annonces de vente de chiots. La tentation peut alors être grande d'adopter un peu précipitamment, à la suite d'un coup de coeur, sans réaliser ce à quoi on s'engage.

 

En effet, à moins d'adopter un chien déjà âgé, on a de grandes chances de passer alors de nombreuses années à ses côtés. Il faut donc avoir la certitude de disposer sur la durée d'assez de temps, d'argent et d'énergie pour s'occuper de lui correctement. Or, quand bien même le coup de coeur est réel au départ, il peut vite laisser la place à de la lassitude, de la fatigue et/ou de la frustration lorsqu'il faut sortir son compagnon tous les jours quelle que soit la météo, l'emmener régulièrement chez le vétérinaire, le toiletter chaque semaine, lui donner un bain de temps en temps, et plus largement lui consacrer suffisamment d'attention au quotidien pour qu'il soit heureux et en bonne santé.

 

Par conséquent, une adoption ne doit jamais être similaire à un achat impulsif que l'on ferait pendant ses courses. Même si l'on a un réel coup de coeur, il est crucial de se laisser un délai de réflexion assez long pour être sûr de prendre la bonne décision et ne pas la regretter plus tard.

Pour se mettre au sport

Un homme promène un chien de type Jack Russel dans la nature

Comme un chien doit être sorti chaque jour, en adopter un peut sembler une bonne idée pour se motiver à faire de l'exercice au quotidien, dès lors qu'on s'est mis cet objectif en tête.

 

Il s'agit toutefois d'un mauvais calcul, car les bonnes résolutions de ce genre tiennent généralement assez peu longtemps. Passés les premiers mois suivant l'adoption (qui sont généralement des mois avec une météo agréable, puisque la plupart des adoptions se font au printemps), il n'est pas rare que la motivation chute brutalement lorsque l'automne puis l'hiver arrivent. Or, un chien a besoin de sorties et d'exercice toute l'année, pas seulement lorsqu'il fait beau : si on ne lui permet pas d'en faire suffisamment, il risque de devenir rapidement malheureux, voire de développer des problèmes de comportement.

 

Par conséquent, mieux vaut raisonner autrement : confirmer d'abord que l'on est capable de sortir faire de l'exercice tous les jours même sans avoir de chien, avant de se décider à en adopter un.

Pour faire plaisir à ses enfants

Une petite fille fait un câlin à son Golden Retriever

Nombreux sont les enfants à réclamer un chien à leurs parents. La tentation est alors forte d'effectivement en adopter un pour leur faire plaisir.

 

En soi, il ne s'agit pas forcément d'une mauvaise idée : il existe de nombreuses bonnes raisons d'adopter un chien quand on a un enfant. Par exemple, un animal a des bienfaits pour l'épanouissement psychologique - et même parfois la santé physique - de ce dernier. Cela peut aussi lui permettre d'avoir un compagnon de jeu s'il se sent un peu seul, mais aussi de le responsabiliser et ce faisant de l'aider à bien grandir.

 

On peut aussi se dire qu'il sera possible de lui déléguer une partie des tâches nécessaires au bien-être de l'animal. En effet, pendant de longues années, il faudra sortir ce dernier tous les jours, l'éduquer, le toiletter, lui donner à manger et à boire, surveiller qu'il est en bonne santé, l'emmener chez le vétérinaire... Or, il faut se garder d'une vision trop optimiste en la matière. Certes, certaines de ces tâches sont effectivement confiables à un enfant, mais ce n'est pas le cas de toutes. De plus, une fois passé l'excitation des premiers mois ou premières années, celui-ci peut rapidement se lasser et devenir nettement moins coopératif.

 

Par conséquent, il ne faut pas perdre de vue que même si l'on souhaite lui faire plaisir, c'est aussi - et avant tout - pour soi-même et pour l'animal que l'on doit décider d'adopter. Vouloir le bonheur d'un enfant est louable, mais il n'en est pas moins indispensable de se demander si on sera en mesure de s'occuper convenablement du chien tout au long des années passées avec lui : dépenses en tout genre, temps et énergie à lui consacrer, espace dont il a besoin pour être bien dans ses pattes... Si ce n'est pas le cas, mieux vaut trouver un autre moyen de faire plaisir à sa progéniture.

 

En tout cas, si effectivement on décide de franchir le pas, il est important d'avoir en tête qu'il existe de grandes différences d'une race à l'autre en termes de compatibilité avec les enfants - en particulier les plus jeunes. Il est nécessaire d'étudier sérieusement à la question afin de s'assurer d'adopter un chien qui aime les enfants, plutôt que de choisir simplement celui pour lequel le petit dernier a eu un coup de coeur...

Pour faire comme les autres

Quatre personnes debout avec leur chien tenu en laisse

Un chien n'est pas un objet de mode, qui permet de faire comme son entourage ou comme des personnes que l'on voit à la télé. Il s'agit d'un être vivant, qui a des besoins qu'il faut combler, et qui ne saurait avoir avant tout pour rôle d'épater la galerie ou les réseaux sociaux à grand renfort de photos ou vidéos.

 

Bien entendu, cela ne signifie pas qu'il ne faut pas être fier de son compagnon, ni ne jamais parler de lui ou partager ses bêtises et ses exploits. Avoir un chien permet d'ailleurs de faire plus facilement des rencontres, d'avoir davantage de sujets de conversation (y compris avec des inconnus), voire parfois de retrouver une vie sociale dans le cas de personnes jusqu'alors très isolées. Ce sont des avantages non négligeables, que l'on ne peut nier.

 

Pour autant, on n'adopte pas un chien pour faire comme les autres, pour se donner une bonne image et/ou améliorer sa vie sociale. C'est d'autant plus vrai que ceux que l'on cherche à imiter ou à impressionner peuvent avoir tendance à enjoliver leur quotidien avec leur compagnon, et à passer sous silence les moments moins joyeux ainsi que les difficultés qu'ils rencontrent avec lui. Si l'on se contente de vouloir faire comme les autres et qu'on ne se renseigne pas assez sur ce qu'implique le quotidien avec un chien, on s'expose à des déceptions et des mauvaises surprises.

Pour remplacer un chien disparu

Une sculpture de chien sur une tombe dans un cimetière

La perte d'un chien est souvent très douloureuse à vivre. Un vrai deuil est d'ailleurs nécessaire pour surmonter cette épreuve, comparable à celui qu'on doit réaliser lors de la perte d'un ami ou d'un membre de la famille. Quoi qu'il en soit, la tentation peut alors être grande d'accueillir un nouveau compagnon pour apaiser la peine et la douleur.

 

Mieux vaut toutefois éviter de se précipiter dans cette voie, car adopter alors que le deuil du chien précédent n'est pas encore achevé risquerait d'aggraver les choses au lieu de les améliorer. En effet, on serait alors enclin à vouloir retrouver chez le nouveau venu des traits de caractère et des comportements que l'on appréciait chez l'ancien, et à considérer sans cesse ce dernier comme une référence à égaler voire à dépasser. Cela reviendrait à nier la singularité du nouvel arrivant, c'est-à-dire le fait que chaque animal est unique, et ne pourrait mener qu'à des déceptions.

 

Cela ne signifie pas pour autant qu'il n'est pas pertinent d'adopter à nouveau un chien plus tard : simplement, mieux vaut attendre d'avoir fini correctement son deuil. Ce n'est qu'une fois qu'on se sent prêt à accueillir un nouveau compagnon en le considérant comme un être à part entière, et non comme substitut du chien précédent, que l'on peut enfin franchir le pas en toute sérénité et réussir cette nouvelle adoption.

Parce qu'on a un jardin

Un homme et son chien blanc heureux dans un jardin

Certaines personnes considèrent que la prochaine étape après avoir emménagé dans un logement avec un jardin est d'adopter un chien. C'est toutefois une erreur, car disposer d'un jardin - même grand - ne suffit pas pour être un bon maître ni pour rendre son animal heureux.

 

De fait, un chien a besoin de beaucoup plus que d'un simple espace vert autour de la maison : il lui faut en sortir tous les jours pour se dégourdir les pattes, faire des rencontres et à l'occasion découvrir de nouveaux endroits. Surtout, il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'un animal de compagnie, et qu'il a donc besoin de présence, d'attention et d'amour : il ne saurait être question de le laisser dehors le plus clair de la journée. Autrement, il risquerait de s'ennuyer ferme et de souffrir du manque d'interactions avec les siens : il serait alors enclin à développer divers problèmes de comportement (destructions, aboiements intempestifs...), voire carrément à se laisser dépérir.

 

Par conséquent, même s'il est vrai qu'avoir un jardin est clairement un plus (voire est indispensable pour certaines races), cela ne peut en soi constituer une raison suffisante pour adopter un chien - ni non plus pour ne pas le sortir si on en possède effectivement un, d'ailleurs.

Parce qu'on a de la peine pour le chien

Un femme tient un chien triste et malade dans ses bras

Qui n'a jamais été pris d'un fort sentiment d'empathie ou de compassion pour un chien blessé, malade, vieux, ou même simplement triste ? La tentation est alors grande de l'adopter pour lui apporter amour, compagnie, consolation, et lui offrir une vie heureuse.

 

Si l'intention est plus que louable, il faut être bien conscient de ce dans quoi on s'engage alors. En effet, un animal en mauvais état physique et/ou psychologique demande beaucoup d'attention, de temps, et parfois aussi d'argent. L'accueillir chez soi est une chose, s'en occuper quotidiennement pendant des années en est une autre : il faut non seulement être disponible pour lui, mais aussi être capable de gérer de la bonne manière le problème dont il souffre (ce qui suppose d'avoir des connaissances sur ce dernier), et être prêt à débourser des sommes parfois importantes pour l'emmener chez un comportementaliste, un vétérinaire ou tout autre professionnel. Ce n'est donc pas à la portée de tout le monde - a fortiori d'un maître débutant.

 

Par conséquent, venir en aide à un chien malheureux, abandonné, faible, blessé ou malade est une très belle intention, mais l'adopter ne doit se faire qu'à condition de bien réfléchir à tout ce que cela implique et d'évaluer de manière lucide si on pourra être à la hauteur de la situation. Mieux vaut clairement s'abstenir dès le départ si c'est pour admettre quelques temps après l'avoir recueilli qu'en fait on n'est pas en mesure de l'aider, et s'en séparer alors...

Parce qu'il s'agit d'un cadeau

Un chien de type Jack Russel avec un papier cadeau sur la tête

Les efforts de sensibilisation sur le sujet font que l'idée semble moins répandue qu'il y a encore quelques années, mais certaines personnes continuent d'offrir un animal en cadeau - que ce soit pour Noël, un anniversaire, ou toute autre occasion digne d'être fêtée. Or, ce n'est pas une bonne chose.

 

En effet, un chien n'est pas un cadeau, que l'on offre pour faire plaisir comme on le ferait avec un vêtement, un livre, un jouet ou n'importe quel autre objet. C'est un être vivant sensible et qui a différents besoins devant être comblés. Il est donc impératif que la personne qui le reçoit ait bel et bien le temps, l'énergie, les moyens et surtout l'envie de s'en occuper correctement, et ce jusqu'à la fin de la vie de l'animal.

 

Par conséquent, il ne faut jamais offrir un chien comme cadeau, à moins que cela s'inscrive dans un réel projet d'adoption de la part du récipiendaire, c'est-à-dire d'en avoir longuement parlé avec ce dernier et d'avoir la certitude qu'il est et restera en mesure de s'en occuper correctement. À défaut, mieux vaut se rabattre sur une option moins risquée : ce ne sont pas les idées de cadeaux à offrir à un amoureux des chiens qui manquent !

Conclusion

Accueillir un chien est un acte généreux - voire même altruiste lorsqu'on adopte dans un refuge -, mais quel que soit le cas de figure cela suppose d'y avoir bien réfléchi et de s'être posé les bonnes questions. Or, nombreuses sont les personnes qui sautent le pas pour de mauvaises raisons, même de manière inconsciente. Elles s'exposent alors à des déceptions, des mauvaises surprises, de la frustration, et la situation peut vite être perdante pour tout le monde - voire se solder par un abandon.

 

Quand bien même on pense être prêt (voire on en a déjà eu un), mieux vaut prendre le temps de se poser les bonnes questions avant d'adopter un chien. C'est certes plus long, moins spontané, et cela laisse forcément moins de place au coup de foudre et à une décision prise sous le coup de l'émotion. Mais sur le moyen et le long terme, c'est la manière de procéder la plus saine et bénéfique pour tout le monde.

Par Aurélia A. - Dernière modification : 09/03/2022.

Discussions sur ce sujet

Cherche une adoption ou achat

Bonjour, Que dois je choisir pour acheter un chien un particulier ou un pro ? Réponse difficile ? Nous avons...

Je viens d'adopter un chiot de 5 mois.( 2)

Merci Dylann pour tes conseil. J'ai réussi à faire descendre mon chien en jouant au petit poussé jusqu'à accesseur...

je viens d'adopter un chiot de 5 mois.

Bonjour, je viens d'adopter un chiot de 5 mois il viens de la campagne à coté de Caen. Moi j'habites à Caen et ce...

Projet adoption

Bonjour à toutes/tous, Alors voilà après des années d'attentes, je compte adopter un Loulou l'année prochaine...

Besoin de conseils - projet d'adoption

Bonjour, Nous nous lançons dans un nouveau projet dans lequel nous souhaiterions adopter deux chiens. Je vous...