Les colliers pour chien : choix, usage, entretien...

Les colliers pour chien : choix, usage, entretien...

Même si les colliers pour chien eurent plusieurs utilités à travers l’Histoire, ils sont aujourd’hui principalement employés à des fins de reconnaissance, d'éducation et dans le cadre de sorties en extérieur. Existant depuis l’Égypte ancienne, ces objets surent s’adapter à leur époque au fil des siècles.


Quels sont les différents types de colliers qui existent ? Combien coûtent-ils ? Comment les entretenir ? Comment habituer son chien à porter cet accessoire ?

Partager
 Envoyer cette page à un ami

Les origines du collier pour chien

Les origines du collier pour chien

Les premières traces de colliers pour les chiens remontent à l’Égypte antique. Les Égyptiens utilisaient de tels accessoires à des fins décoratives, et peut-être même d'identification.

 

Dans la Grèce antique, des agriculteurs eurent l’idée d’en créer possédant des pointes afin de protéger la gorge de leurs compagnons contre leurs adversaires (loups, etc.).

 

De la Rome antique au Moyen Âge, l’usage de cet objet continua d'évoluer. Au Moyen Âge, il servait par exemple à identifier le travail d’un animal.

 

La Renaissance fut caractérisée par un développement de la place du chien comme simple animal de compagnie au sein des classes les plus favorisées. La plupart des colliers étaient alors fabriqués à partir de cuir abordable. Toutefois, c’est aussi à cette époque que les colliers de cadenas (en métal et dotés d’un cadenas) commencèrent à émerger comme moyen sûr d’authentifier la propriété d’un animal, car le maître était le seul à en posséder la clé.

 

Au 18ème siècle et au début de la révolution industrielle, les colliers pour chien portaient souvent le nom du propriétaire, en plus de dictons spirituels. Les matériaux les plus couramment utilisés pour leur fabrication étaient le cuir, l'argent, le laiton et l'or.

 

En France, cette utilisation du collier pour connaître le propriétaire fut même rendue obligatoire par un décret paru en 1904, stipulant que « tout chien circulant sur la voie publique en liberté ou même tenu en laisse doit être porteur d’un collier portant, gravé sur une plaque de métal, le nom et la demeure de son propriétaire. » (Article 9 du décret du 06/10/1904).

 

Aujourd'hui, les colliers sont caractérisés par une grande diversité, à la fois en termes d’utilité et de matériaux.

À quoi sert un collier pour chien ?

Un collier pour chien est un objet que le propriétaire attache autour du cou de son compagnon, et qui peut servir de différentes manières.

Retenir et guider son chien

Retenir et guider son chien

De nos jours, le collier pour chien est principalement utilisé relié à une laisse, dans le cadre des sorties en extérieur : le dispositif permet de retenir ou guider son animal en toute circonstance. De fait, la combinaison de ces accessoires est fort utile lors de promenades et autres sorties, afin d’éviter tout comportement indésirable : fugue, bagarre avec un congénère, poursuite d’un animal qui passe par là, agression d’un passant...

 

Elle est même indispensable en de nombreux lieux et de nombreuses circonstances. C’est le cas par exemple dans les zones urbaines et autres endroits où la réglementation impose que les chiens soient tenus en laisse, même si cette dernière peut très bien être reliée à un harnais plutôt qu’à un collier.

 

En revanche, une fois de retour au domicile, il est recommandé de retirer l’accessoire, car les frottements et la pression exercée peuvent abîmer la peau ou le poil du chien. En outre, plus il est porté longtemps, plus il se détériore rapidement.

 

Au final, le principal usage d’un collier est de pouvoir répondre au besoin d’activité de l’animal tout en évitant qu’il ne représente un danger pour les autres ou ne se mette en danger lui-même. En effet, même si la durée requise varie fortement d’un individu à l’autre, tout chien doit pouvoir marcher voire courir tous les jours pour être bien dans sa tête et dans ses pattes.

 

Le collier ne saurait donc être vu comme simplement un accessoire pénible qui encombre l’intéressé : c’est un véritable outil pour faciliter son quotidien, en permettant de l’emmener dans des endroits où autrement il ne serait pas possible d’aller avec lui, compte tenu des dangers.

Identifier le chien

© Mihqy
© Mihqy

Faire en sorte qu’un chien porte les informations de contact de son maître sur son collier peut se montrer déterminant en cas de perte ou de fugue, car une personne qui le retrouve peut alors facilement contacter son propriétaire.

 

Cependant, ce n’est pas un moyen fiable de retrouver son chien perdu, ni même de l’identifier, car cet objet peut facilement être retiré ou interchangé. La puce électronique reste le seul moyen d’identification parfaitement viable, et faire pucer son chien est d’ailleurs obligatoire dans un nombre croissant de pays – c’est le cas notamment en Belgique, au Canada, en France et en Suisse. Le collier peut néanmoins venir en complément, car contrairement à la puce qui nécessite un lecteur spécial, n’importe qui peut lire ce qui est écrit dessus.

 

De nombreux modèles de collier sont donc personnalisables afin d’y faire figurer le nom de l’animal ainsi que le numéro de téléphone de son propriétaire. Sur ceux en nylon, ces informations sont généralement brodées. Sur ceux en cuir, elles sont inscrites sur un médaillon qui pend accroché au collier, ou gravées sur une plaque métallique. Quoi qu’il en soit, le fait qu’un collier soit personnalisable ne fait pas augmenter sensiblement son prix : on trouve des modèles en cuir comme en nylon à partir d’une dizaine d’euros. Il est également possible d’acheter séparément et pour une poignée d’euros une plaque personnalisée destinée à être attachée à un collier non personnalisable.

Donner un look à son chien et personnaliser son apparence

Donner un look à son chien et personnaliser son apparence

Contrairement à un humain, le collier est souvent la seule chose qu’un chien porte, et donc le seul moyen permettant de lui donner une certaine apparence. Les fabricants ne s’y sont pas trompés, quand on voit la grande diversité de l’offre disponible : que ce soit en termes de couleurs ou de motifs, ce n’est pas le choix qui manque.

 

Même certaines marques de haute couture s’intéressent au marché, à l’instar par exemple de Dior, Chanel ou Louis Vuitton. Elles entendent faire du collier un véritable accessoire de mode pour chien, et proposent des modèles ornés de leurs logos.

Les colliers répondant à des besoins spécifiques

En parallèle des colliers « classiques », il existe également des produits qui servent à d’autres usages. La suite du propos exclut ces produits spécifiques, pour se concentrer sur les colliers pour chien « classiques », mais il est utile d’évoquer leur existence et leurs rôles.

Protéger l’animal contre les parasites

Protéger l’animal contre les parasites

Le collier anti-puces est le produit antiparasitaire pour chien le plus répandu sur le marché. Présenté sous la forme d’un collier classique, cet objet en silicone comporte des substances destinées à tuer ou éloigner les insectes. Selon le parasite visé, ces dernières sont soit naturelles, soit chimiques.

 

Son effet est toutefois limité dans le temps, si bien qu’il doit être remplacé plusieurs fois dans l’année pour que l’animal ne cesse jamais d’être protégé. Les colliers chimiques ont généralement une durée de vie comprise entre 5 et 8 mois, contre environ 3 mois pour les naturels.

 

Quoi qu’il en soit, un collier anti-puces ne doit pas être utilisé avec une laisse, et ne remplace donc pas un collier normal. En effet, il n’est pas fait pour résister à la force exercée par un chien qui tire sur sa laisse : le mécanisme risquerait de s’ouvrir voire de se casser, laissant alors l’animal s’échapper.

 

En tout état de cause, ce type de produit est déconseillé pour les sujets présentant une peau sensible. Dans leur cas, mieux vaut opter pour un autre type de traitement antiparasitaire.

L’éduquer et/ou corriger un problème de comportement

Le collier étrangleur

Le collier étrangleur

Le collier étrangleur est utilisé par des personnes souhaitant obtenir des résultats rapides pour rendre les promenades plus faciles avec un chien qui n’a pas bien assimilé la marche en laisse, a fortiori si celui-ci a plus de force que son maître. Il s’agit souvent d’une solution de dernier recours, lorsque les autres méthodes d’apprentissage ont échoué ou que le fait que l’animal tire frénétiquement sur sa laisse - voire prenne le large - représente un danger réel pour son maître ou les personnes alentours.

 

Il en existe en métal (plus précisément en acier), en nylon et en cuir. Différents types de modèles sont disponibles sur le marché :

  • le collier semi-étrangleur, qui émet une pression moindre que le collier étrangleur « standard » ;
  • le collier en martingale, qui permet un meilleur ajustement à la morphologie du chien. Il est très populaire pour les lévriers, qui possèdent une tête plus petite que leur cou, et sur qui les colliers classiques s’ajustent donc mal ;
  • le torquatus, aussi appelé collier à pointes, qui est totalement en acier.

 

Cet accessoire est toutefois aussi radical que décrié. En effet, il est susceptible de causer des lésions au niveau de la peau, des vertèbres, de la trachée ou encore du larynx. En outre, il peut perturber psychologiquement l’animal, voire faire que les promenades se transforment pour lui en véritable calvaire.

 

Quoi qu’il en soit, il ne doit être utilisé que lors des balades en laisse et dans un but éducatif, et ne doit pas devenir un collier du quotidien. En effet, ses maillons peuvent facilement se prendre dans une branche et bloquer la respiration de l’animal.

 

Ces derniers peuvent également poser problème pour les races de chien à poil long, dont le pelage a vite fait de s’y coincer. C’est ce qui explique que les colliers en métal sont à proscrire pour ces chiens.

Le collier électrique

Le collier électrique

Si le collier électrique est vu par certains comme un outil de dressage indispensable, il est considéré en revanche par ses (nombreux) détracteurs comme particulièrement dangereux.

 

En effet, un objet de mauvaise qualité risque de provoquer des brûlures et autres dommages physiques. En outre, recourir à un tel objet n’est pas toujours sans conséquences psychologiques sur l’animal, à commencer par de la peur et de l’anxiété.

 

Il existe plusieurs sortes de colliers électriques, qui répondent à des besoins différents :

  • le collier anti-fugue, qui fait de même lorsqu’il s’éloigne trop d’un périmètre défini ;
  • le collier de dressage, qui sert à corriger l’animal lorsque celui-ci désobéit ou se comporte mal. Il permet en effet de lui envoyer une impulsion électrique à distance, grâce à une télécommande.

 

Dans tous les cas, ils ne remplacent pas un collier classique, dans la mesure où il n’est pas possible d’y accrocher une laisse pour chien. En tout état de cause, tirer dessus risquerait d’abîmer les circuits électroniques.

Le collier GPS, ou collier de repérage

Le collier GPS, ou collier de repérage

Un collier GPS pour chien permet au propriétaire de suivre les déplacements de son animal en temps réel, grâce à une application mobile. Cet accessoire s’avère fort utile pour le localiser s’il est perdu, en fugue, et tout simplement pouvoir le laisser évoluer en toute liberté lors des promenades, sans avoir à s’inquiéter. Il est également souvent possible de paramétrer l’envoi d’une notification pour être automatiquement prévenu lorsqu’il s’aventure au-delà d’un périmètre fixé.

 

Cet accessoire est composé d’un traceur GPS, d’une batterie rechargeable et d’une carte SIM dans le cas des modèles avec abonnement. Il incorpore également parfois un système de vibration ou de sonnerie, de manière à ce que l’animal associe ces derniers à un évènement survenant à heure fixe (par exemple l’heure du dîner, ou bien celle à laquelle il doit rentrer chez lui).

 

Certains modèles emploient à tort le terme de collier, car il s’agit en fait plutôt de petits appareils qui s’accrochent au collier du chien, mais d’autres se présentent effectivement sous forme de collier auquel il est possible d’attacher une laisse. Ceux-là peuvent donc potentiellement remplacer au quotidien un modèle classique, mais il convient de prendre en compte le poids de l’accessoire et le gabarit de l’animal : s’il représente une gêne assez importante, mieux vaut que ce dernier ne porte un collier GPS que lorsque la situation l’exige, et un modèle classique le reste du temps.

Comment choisir un collier pour son chien ?

La grande variété de colliers existante sur le marché peut rapidement devenir un véritable casse-tête. En effet, il n’est pas toujours évident de s’y retrouver, tant l’offre est pléthorique.

Les différents matériaux

Le collier en cuir

Le collier en cuir

Le collier en cuir est élégant, confortable et généralement de bonne qualité. De fait, ce grand classique reste indémodable au fil des années.

 

Il en existe bien sûr pour toutes les tailles : ceux destinés aux plus grandes races de chien sont assez larges voire lourds, alors que ceux destinés aux plus petites sont nettement plus fins et légers. Des modèles très "tendance" sont également disponibles, pour les propriétaires qui rêvent que leur animal soit au firmament de la mode. Quoi qu’il en soit, il est préférable d’opter pour un collier rembourré, afin d’optimiser le confort de l’intéressé.

 

Les colliers en cuir présentent toutefois l’inconvénient d’être sensibles aux conditions météorologiques : une exposition fréquente au froid, à la pluie et/ou à un air chargé d’humidité peut détériorer et fragiliser l’objet. Il est donc recommandé de faire attention à la qualité du matériau.

 

Les modèles les plus courants dans le commerce sont en cuir d’agneau, de vache ou de buffle, ce dernier étant généralement considéré comme plus noble et résistant. Certains fabricants proposent également des colliers en simili cuir. Ces derniers ont l’avantage d’être moins coûteux, mais sont également moins résistants.

 

Appliquer régulièrement une crème de soin pour cuir permet d’allonger sa durée de vie. Cette dernière dépend du matériau choisi et de l’entretien de l'objet. Il est recommandé de nourrir le cuir une fois par semaine, si celui-ci fait l’objet d’une utilisation quotidienne.

 

Le prix d’un collier en cuir véritable est très variable d’un produit à l’autre, et atteint parfois des sommets. Il est possible néanmoins de trouver des modèles d’entrée de gamme pour une quinzaine d’euros, et même à peine une dizaine pour ceux en simili cuir.

Le collier en nylon ou polyester

Le collier en nylon ou polyester

Le collier en nylon ou polyester ne manque pas d’atouts : en plus d’être robuste - voire indestructible -, il est léger, facile à laver et bon marché. En effet, la matière première utilisée pour la fabrication de cet accessoire est facile et peu coûteuse à produire, ce qui explique des prix de vente inférieurs à ceux des colliers en cuir : un modèle proposé entre 12 et 20 euros a généralement un niveau de qualité suffisant, et fait donc parfaitement l’affaire.

 

Il existe différentes tailles, et la diversité est encore plus au rendez-vous que pour les colliers en cuir, que ce soit en termes de coloris ou de motifs. C’est donc un choix pertinent pour un maître qui cherche des options originales et/ou souhaite rendre son chien unique.

 

Il faut toutefois veiller à opter pour un modèle rembourré de mousse, afin d’assurer à ce dernier un confort optimal. Il est aussi recommandé de privilégier un objet possédant des boucles en métal, car les clips en plastique sont souvent plus fragiles. En tout état de cause, cet accessoire doit être remplacé lorsqu’il commence à s’effilocher ou se détendre.

Choisir une taille de collier pour chien

Choisir une taille de collier pour chien

Il existe des colliers de toutes tailles : qu’il s’agisse d’équiper un chiot de race miniature ou un adulte d’une race géante, ce n’est pas le choix qui manque. En outre, la plupart des modèles sont ajustables, ce qui leur permet de s’adapter à l’évolution de la largeur du cou de l’animal, en particulier lors de sa croissance.

 

Avant d’acheter un collier pour son chien, il est important de mesurer son tour de cou. En effet, un accessoire trop serré a de grandes chances d’occasionner une gêne - voire des blessures - lorsque l’animal tire sur sa laisse, du fait de la pression qu’il exerce sur plusieurs organes : larynx, trachée, glandes thyroïdes... Des chocs répétés sur ces zones peuvent provoquer des inflammations et autres blessures.

 

À l’inverse, s’il est trop large, le collier peut facilement s’accrocher sur de nombreux objets ou sur une branche, et risquer d’étrangler son porteur. Ce dernier pourrait aussi parvenir à s’en défaire, et donc par exemple fuguer.

 

Pour choisir au mieux le diamètre et le serrage du collier, il convient de rajouter 1,50 cm à la mesure du tour de cou du chien, afin d’éviter à ce dernier toute sensation d’étranglement. Un bon moyen de s’assurer que l’objet est à la bonne taille est qu’il faut pouvoir passer deux doigts en dessous.

 

Lors de l’achat, il est préférable de choisir un modèle dont la taille est ajustable. Ceux en nylon offrent généralement une plus grande facilité d’ajustement grâce à un système de sangle, tandis que ceux en cuir fonctionnent généralement avec un système de crans écartés. Dans tous les cas, opter pour un collier dont la taille est réglable est particulièrement utile pour un chiot, en particulier s’il appartient à une race qui grandit rapidement. Il est alors judicieux de choisir un produit dont le diamètre est supérieur d’environ 5 centimètres au tour de cou du chien : cela permet de voir venir, même s’il restera nécessaire de remplacer l’objet une fois qu’il sera devenu trop serré.

 

Cela dit, même en veillant à choisir une taille appropriée, les colliers ne sont pas recommandés pour tous les chiens. Pour ceux qui ont un cou étroit ou fragile (race brachycéphale, de petite taille…), mieux vaut opter pour un harnais.

Un code couleur pour le collier d’un chien ?

Un code couleur pour le collier d’un chien ?

Il existe dans l’univers de l’équitation un système de rubans de couleur placés sur la queue du cheval, qui permet d’obtenir d’un coup d’œil des informations sur ce dernier.

 

Peu de gens le savent, mais la même chose existe pour les chiens. En 2012, une association américaine à but non lucratif lança le Yellow Dog Project, qui consistait à placer un ruban jaune sur la laisse des chiens ne devant pas être dérangés (pour des raisons de peur, d’agressivité ou de convalescence). Or, ce qui avait commencé avec une couleur dans un pays se développa dans le monde entier avec l’utilisation de différents coloris afin de décrire des situations bien précises.

 

Même si certains propriétaires utilisent un ruban plutôt que la laisse ou le collier pour donner une indication concernant leur compagnon, le choix d’une couleur de collier pour son chien peut donc avoir son importance. Cela n’a toutefois rien obligatoire, et il faut garder en tête que les personnes qui croisent son chemin ne sont pas forcément conscientes de cette norme. Par conséquent, choisir telle ou telle couleur ne dispense nullement des mesures de prudence qu’il convient de respecter en fonction du caractère de l’animal.

 

La signification des différentes couleurs est en tout cas la suivante :

  • Vert : chien amical et docile. Il n’y a pas de problème pour s’en approcher, le caresser ou de s’avancer avec un autre animal ;
  • Orange : chien qui n’accepte pas ses congénères, mais qui est amical avec les humains ;
  • Rouge : chien qu’il ne faut pas approcher ou venir caresser ;
  • Jaune : chien qui peut avoir un comportement imprévisible avec un tiers ou d’autres animaux.Cette couleur peut également être utilisée pour indiquer qu’il s’agit d’un animal sans foyer, qui cherche une famille prête à l’adopter ;
  • Bleu : animal en service (police, assistance à une personne aveugle, sauveteur…). Il ne faut nullement le perturber ;
  • Blanc : chien souffrant d’un handicap (sourd, aveugle…). Il est recommandé d’être particulièrement précautionneux si on l’approche ;
  • Violet : chien à qui il est interdit de donner de la nourriture.

 

Par ailleurs, un collier de couleur jaune fluo est recommandé en cas de balades nocturnes, afin d’améliorer la sécurité de l’animal. Il ne faut donc pas hésiter à disposer de deux colliers différents pour son chien : un pour le jour, l’autre pour la nuit.

Habituer un chien à son collier

Habituer un chien à son collier

Porter un collier n’est évidemment pas quelque chose de naturel pour un chien. Pourtant, cet objet est souvent indispensable pour répondre à ses besoins physiques et mentaux tout en prenant en compte les contraintes de la vie parmi les humains.

 

Or, comme toute chose à laquelle il n’est pas habitué et/ou qui lui serait imposée de manière brusque, cet accessoire peut être pour lui source d’angoisse, voire de comportements excessifs et potentiellement dangereux.

 

Afin d’éviter tout problème, il est crucial d’habituer le plus rapidement possible son chien à porter un collier. On peut le faire à partir de ses huit semaines, lorsqu’il est encore jeune et malléable : parvenir à lui faire considérer dès ce moment-là le port de cet accessoire comme parfaitement normal et relevant de la routine est le meilleur moyen que les choses se déroulent au mieux toute sa vie durant.

 

Afin de le mettre en confiance, il convient tout d’abord de le laisser renifler l’objet, puis de le distraire avec des jeux ou avec de la nourriture, afin de le lui enfiler plus facilement. De fait, il est alors recommandé de le récompenser avec une friandise ; cela suffit parfois à lui faire accepter de supporter cet objet autour de son cou, car il l’associe alors à quelque chose de positif. Il ne faut pas non plus se priver de jouer avec lui, de manière à faire diversion et à ce qu’il focalise moins dessus.

 

Les chiens sont normalement assez coopératifs à l’utilisation de cet accessoire, et capables de s’y habituer rapidement, mais les réactions diffèrent d’un individu à l’autre. Ainsi, certains mettent du temps à s’habituer au port d’un collier, voire essayent de le retirer. Si l’animal se montre particulièrement réticent, il est recommandé de se cantonner à le lui faire porter uniquement une dizaine de minutes, et de réitérer l’opération quelques jours d’affilée, de sorte qu’il finisse par s’habituer.

 

Quoi qu’il en soit, le choix de l’instant a son importance : mieux vaut en effet choisir un moment calme pour habituer son chien à porter un collier. Pour autant, il ne saurait bien sûr être question de le déranger pendant qu’il se repose, d’autant qu’un chiot a besoin de davantage de sommeil qu’un chien adulte pour le développement de ses facultés et pour grandir en bonne santé.

 

Dans tous les cas, afin de ne pas ajouter une gêne à un éventuel stress, il est plus judicieux de d’abord l'habituer à porter son collier au domicile, et de ne passer à l’extérieur que dans un second temps. De la même manière, mieux vaut n’introduire la laisse qu’une fois que l’animal est complètement familiarisé avec son collier.

L’entretien d’un collier pour chien

L’entretien d’un collier pour chien

Il ne sert à rien d’investir dans un collier de qualité pour son chien, si par la suite on ne prend pas la peine d’entretenir cet accessoire. En effet, en plus d’être constamment en contact avec la peau de l’animal et donc du sébum qu’elle sécrète, il peut également se transformer en nid à microbes s’il est mal entretenu. Cette négligence peut donc endommager le poil et la peau de son porteur.

 

Toutefois, la méthode à employer diffère en fonction du matériau, mais aussi de l’objectif poursuivi. En effet, retirer une tache tenace peut nécessiter de recourir à une méthode différente de celle utilisée pour le nettoyage habituel de l’objet.

 

En tout état de cause, si ce dernier est vraiment trop abimé ou commence à se déchirer, il est important d’en changer. À défaut, il pourrait finir par rompre au cours d’une promenade ou d’une sortie, si bien que le maître perdrait alors tout contrôle sur son compagnon.

Nettoyer un collier pour chien avec du bicarbonate de soude

Nettoyer un collier pour chien avec du bicarbonate de soude

Que le collier d’un chien soit en cuir ou en nylon, il est possible d’utiliser du bicarbonate de soude peut le nettoyer.

 

Il suffit de :

 

  • mélanger une cuillère à café du produit dans un verre d’eau, jusqu’à obtenir une pâte ;
  • y tremper une brosse à dents ;
  • brosser le collier ;
  • rincer ce dernier à l’eau ;
  • le laisser sécher à l’abri du soleil.

Nettoyer un collier en cuir avec du savon à la menthe poivrée

Nettoyer un collier en cuir avec du savon à la menthe poivrée

Nettoyer un collier pour chien en cuir avec du savon à la menthe poivrée permet d’éliminer les mauvaises odeurs.

 

Il faut pour cela :

  • le savonner au savon à la menthe poivrée ;
  • le brosser avec une brosse à dents ;
  • le rincer à l’eau chaude ;
  • l’essuyer à l’aide d’une serviette ;
  • le laisser sécher, sans l’exposer à une forte chaleur ou aux effets directs du soleil.

Nettoyer un collier pour chien au lave-vaisselle

Nettoyer un collier pour chien au lave-vaisselle

Cela est exclu avec un modèle en cuir, mais il est tout à fait possible en revanche de laver un collier pour chien en nylon ou en polyester au lave-vaisselle.

 

Pour ce faire, il suffit de :

  • le placer correctement dans le lave-vaisselle, afin qu’il ne glisse pas pendant les opérations ;
  • programmer un cycle de lavage habituel ;
  • le suspendre pour qu’il continue de sécher.

Les alternatives aux colliers pour chien

Le collier pour chien n'est pas forcément incontournable, car il existe d'autres accessoires aptes à remplir peu ou prou le même rôle. Dans certains cas, ce sont même plutôt ces derniers qu'il faut privilégier.

Le harnais

Le harnais

Un harnais pour chien se place autour du dos et de la poitrine, et permet d’attacher une laisse à son sommet.

 

Il existe des modèles de différentes tailles, et tous s’adaptent à la morphologie exacte de l’animal grâce à des attaches ou fermetures à pression. Quoi qu’il en soit, l'objet ne doit être ni trop serré, ni trop ample, au risque d’être source d’inconfort.

 

Comme pour les colliers, la diversité est au rendez-vous tant en termes de couleurs que de motifs. On retrouve par ailleurs les mêmes matériaux : cuir, nylon ou polyester.

 

Le harnais est particulièrement recommandé pour les races de chien brachycéphales (au visage écrasé), puisqu’il n'applique pas de pression sur les voies respiratoires. Il s’utilise également en alternative au collier pour les individus ayant tendance à beaucoup tirer sur leur laisse, afin d’éviter de comprimer la trachée. De nombreux vétérinaires recommandent aussi d’y avoir recours pour ceux qui présentent une malformation de chiari, une chondrodystrophie ou une hydrocéphalie. Enfin, il est également préconisé pour les spécimens de petite taille, puisque ces derniers sont dotés d’un cou plus fragile que leurs congénères.

 

Certains modèles sont utilisés également comme outils de traction ou d’éducation, ou pour les chiens guides d’aveugle et d’assistance. On en trouve aussi qui disposent de poches, ce qui permet à l’animal de transporter du matériel léger.

Le licol

Le licol

Le licol est un type de harnais à poser autour du cou et sur le museau du chien, qui aide à mieux diriger ce dernier. Du fait de la partie du corps qu’il recouvre, il est parfois confondu avec une muselière, alors que les deux accessoires n’ont pas du tout le même usage.

 

Il est souvent recommandé pour les séances d’éducation canine ainsi que pour les chiens tirant trop sur leur laisse. En effet, dans une telle situation, le licol fait pivoter la tête de l’animal, permettant à son maître de l’orienter en douceur. 

 

Il convient de noter que contrairement au collier étrangleur, ce dispositif ne blesse pas le chien. Néanmoins, le fait qu’il bascule sa tête peut entraîner des réactions hostiles, en particulier de la part d’un animal trop excité. En tout état de cause, s'il ne tolère pas cet accessoire, mieux vaut éviter de trop insister, car il pourrait s’énerver et/ou se blesser.

Le mot de la fin

Un chien a vite fait de passer beaucoup de temps avec son collier autour du cou, a fortiori s’il a un besoin d’exercice important et est donc souvent sorti. Par conséquent, il est primordial de veiller à ce que cet accessoire ne le gêne nullement, à la fois en optant pour un produit adapté à sa taille, en l’entretenant régulièrement et en le remplaçant s’il est trop usé.

 

Les goûts personnels du propriétaire ou la mode du moment doivent donc rester des critères secondaires au moment de choisir un collier pour son chien.

 

Enfin, il ne faut pas perdre de vue que le collier serre le cou de l’animal lorsqu’on le tire, avec donc un risque d’étranglement voire de blessure. C’est ce qui explique qu’il ne faut pas tirer brusquement sur la laisse de son chien, et que pour certains individus fragiles un harnais est plus approprié qu’un collier.

Dernière modification : 10/09/2020.
Reproduction interdite sans autorisation.

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet