Les 10 accessoires pour chien indispensables

Divers accessoires pour chiens

Accueillir un chien à la maison est annonciateur de nombreux moments de complicité, d’échanges et d’affection avec son nouveau compagnon. Néanmoins, cela représente également une certaine responsabilité : celle de garantir au quotidien son bien-être physique et psychologique.


Pour ce faire, plusieurs accessoires sont indispensables, que ce soit pour assurer son confort ou pour garantir une cohabitation harmonieuse. La plupart d’entre eux existent dans une grande variété de tailles, de coloris et de prix : chaque maître peut facilement choisir les produits qui correspondent le mieux à son animal ainsi qu’à ses goûts, ses envies et son budget.

La laisse

Un Jack Russel avec une laisse en cuir dans la gueule

Attachée au collier ou au harnais que porte le chien, la laisse permet de le guider et le contrôler lors des promenades quotidiennes et autres sorties. Elle est d’autant plus indispensable pour l’immense majorité des maîtres qu’elle est souvent obligatoire dans les lieux publics.

 

Par conséquent, il convient d’en avoir acquis une dès l’arrivée de l’animal dans le foyer, même si ce n’est encore qu’un chiot. Dans ce dernier cas, il est d’ailleurs recommandé d’utiliser cet accessoire dès ses premières sorties au dehors, afin qu’il s’y habitue dès son plus jeune âge.

 

Les laisses existent en différentes longueurs, et il est primordial de choisir la taille en fonction du gabarit du chien. Par exemple, si ce dernier est lourd et puissant, il est préférable d’opter pour un modèle court et large. En revanche, pour un chien de petite taille ou un chiot, mieux vaut qu’elle soit longue et légère.

 

Un Dalmtien tenu en laisse avec enrouleur

La majorité des laisses sont en cuir, en métal, ou en matière synthétique. Celles fabriquées en synthétique ont l’avantage de proposer une plus grande variété de coloris que les autres. De plus, certains modèles de laisse synthétique disposent d’une poignée comprenant un dispositif enrouleur, qui permet d’ajuster la longueur de la laisse lors des promenades. Ce n’est pas le cas des laisses fabriquées en cuir ou en métal, qui sont, quant à elles, équipées d’une simple lanière cousue en boucle.

 

La plupart des laisses sont munies d’une boucle métallique qui permet de les fixer sur le collier ou le harnais de l’animal. Toutefois, il existe également des laisses « lasso » faites pour être mises directement autour du cou de l’animal, sans avoir besoin d’un tel accessoire.

 

Quoi qu’il en soit, le prix d’une laisse dépend du matériau dans lequel elle est fabriquée. Ainsi, le budget à prévoir se situe entre 10 et 20 euros pour un modèle synthétique, et autour d’une vingtaine d’euros pour du cuir milieu de gamme. Dans le cas du métal, il faut compter généralement entre 10 et 15 euros.

Quel que soit le matériau, une laisse bien entretenue peut sans problème être conservée plusieurs années.

Article détaillé : Les laisses pour chien

Le collier ou le harnais

Un Westie porte un harnais bleu

Mis autour du cou du chien et attaché à l’extrémité de la laisse, le collier permet au maître de contrôler son animal grâce à cette dernière. Il peut être remplacé par un harnais, qui possède exactement les mêmes fonctions mais s’attache autour du torse ; cela en fait une option privilégiée pour les chiens au cou étroit ou fragile. L’un comme l’autre peuvent aussi aider à rapidement identifier visuellement l’animal, grâce à leur couleur et/ou leur matière.

 

Étant donné qu’il est indispensable pour promener son chien en laisse, le collier ou le harnais fait partie des premiers accessoires qu’il convient d’acheter au moment d’accueillir son nouvel ami à quatre pattes. Il peut toutefois être préférable d’attendre l’arrivée de ce dernier avant d’effectuer l’achat, afin de s’assurer d’opter pour un modèle qui correspond bien à son gabarit.

 

En effet, un collier ou un harnais trop serré risque de le gêner, voire de le blesser. A contrario, si l’accessoire est trop large, l’animal risque de s’accrocher à des éléments de son environnement (par exemple des branches).

 

Les colliers et harnais sont fabriqués en nylon, en polyester, en imitation cuir ou en cuir véritable. Certains possèdent un médaillon sur lequel il est possible de graver le nom de l’animal à des fins d’identification. Quant au choix de coloris et de motifs, il est sans commune mesure : au-delà de leur simple aspect fonctionnel, ces objets sont devenus de véritables accessoires de mode pour chien !

 

Vieux collier pour chien en cuir rouge

En termes d’entretien, les modèles en nylon et en polyester tiennent le haut du pavé, car ils sont facilement lavables à la machine ou à la main. Ceux en cuir sont plus exigeants, car ils doivent être régulièrement nourris à l’aide d’une crème de soin (une fois par semaine si le collier ou le harnais est utilisé quotidiennement).

 

En ce qui concerne la durabilité de cet accessoire, elle varie grandement en fonction de sa fréquence d’utilisation et de son matériau de fabrication. Ainsi, un collier qu’un chien porte en permanence (même à la maison) se détériore forcément plus rapidement qu’un harnais utilisé uniquement une demi-heure par jour lors des promenades quotidiennes. De même, un modèle fabriqué en cuir est moins résistant au froid, à la pluie et à l’humidité qu’un autre conçu en nylon ; de ce fait, il devra être remplacé plus rapidement. Dans tous les cas, le collier ou le harnais doit être changé lorsqu’il s’est trop détendu, ou lorsqu’il s’effiloche et devient moins résistant.

 

Le prix d’un collier ou d’un harnais varie parfois fortement d’un produit à l’autre, mais on peut tabler sur un budget de 10 à 20 euros pour un modèle de milieu de gamme fabriqué en nylon, en polyester ou en imitation cuir. Les produits en cuir authentique coûtent plus cher, mais l’entrée de gamme démarre autour d’une quinzaine d’euros environ.

Les gamelles de nourriture et d’eau

Des gamelles pour chien surelevées et incrustées dans un meuble

Les gamelles font partie des accessoires incontournables à prévoir en amont de l’arrivée d’un chien au sein du foyer, qu’il s’agisse d’un petit ou d’un adulte. En effet, elles sont indispensables pour qu’il puisse manger et boire dans des conditions optimales.

 

Le choix est très vaste, tant en termes de coloris que de motifs. En ce qui concerne les matériaux, la plupart des modèles sont en plastique, en inox ou encore en céramique. Le PVC a l’avantage d’être économique, tandis que l’inox et la céramique sont synonymes d’une plus grande solidité, et permettent donc de conserver sans problème cet accessoire pendant plusieurs années.

 

Quoi qu’il en soit, il se décline sous plusieurs formes différentes, afin de s’adapter à toutes les morphologies de chiens. Par exemple, certaines disposent de bords hauts pour éviter que ceux qui ont de longues oreilles ne se salissent trop en mangeant. D’autres, beaucoup moins profondes, sont conçues spécialement pour les chiens à face plate. On trouve également des gamelles surélevées pour les canidés de grande taille ou âgés, des modèles anti-glouton pour ceux un peu trop gourmands, etc. En outre, plutôt que d’avoir d’un côté la gamelle de nourriture et de l’autre celle d’eau, il est possible d’opter pour un modèle double, qui se compose de deux gamelles amovibles fixées sur un socle stable et solide.

 

Un chiot Bouledogue noir tient une gamelle en inox dans la gueule

Par ailleurs, l’offre est diversifiée également en termes de taille. Afin de choisir celle qui convient, il faut simplement considérer le volume de la ration servie à chaque repas.

 

Le prix de cet accessoire varie fortement d’un modèle à l’autre, en particulier en fonction de son matériau et sa contenance. Cela dit, il demeure généralement très raisonnable : la plupart des modèles se situent entre 2 euros et 20 euros environ. Ceux en plastique sont toutefois davantage susceptibles d’être mordillés ou abîmés au fil des nettoyages : même s’ils peuvent malgré tout être conservés en général plusieurs années, ils doivent généralement être remplacés plus rapidement que ceux fabriqués dans une matière plus résistante, comme l’inox ou la céramique.

Les jouets

Un chien blanc joue avec un jeu d'intelligence pour chien

Généralement actif par nature (a fortiori s’il est très jeune), un chien s’ennuie facilement s’il n’est pas suffisamment stimulé. De ce fait, il est indispensable de mettre à sa disposition des jouets avec lesquels il peut s’occuper et s’amuser à sa guise, et ce dès son arrivée à la maison – d’autant qu’ils l’aident aussi à évacuer son stress.

 

En outre, au-delà du divertissement qu’ils lui procurent, ils peuvent aussi être employés dans le cadre de son éducation, ou pour l’inciter à faire de l’exercice.

 

Dans tous les cas, il est primordial d’utiliser des objets spécialement destinés aux chiens, car ils sont conçus pour résister à leurs crocs : ce n’est pas le cas par exemple des jouets pour enfants.

 

L’offre disponible dans le commerce est pléthorique ; on trouve des objets de tous les genres, de toutes les tailles, de toutes les couleurs et de tous les matériaux. Les cordes pour chien, les jouets à mâcher, les peluches et les balles font partie des plus populaires, tant auprès des maîtres que de leurs compagnons. Mais de nombreux autres types de jouets existent, à l’instar par exemple des jeux d’intelligence ou des balles à croquettes.

 

Un chien entouré de ses jouets pour chien

La diversité est donc au rendez-vous, mais ces accessoires doivent être choisis avec soin, notamment en fonction de l’âge et du gabarit de l’animal. Par exemple, une balle adaptée à la mâchoire d’un chiot risquerait en revanche d’être avalée par un chien de grande taille. À l’inverse, un jouet à mâcher fait pour résister à un adulte à la mâchoire puissante a de grandes chances d’être trop dur à mordiller pour un chiot. Par ailleurs, il est également important de s’assurer que le jouet ne contient pas de petites pièces détachables qui pourraient être arrachées et avalées.

 

La plupart des jouets pour chien sont très simples à nettoyer. Ainsi, ceux fabriqués en tissu sont généralement lavables en machine, tandis que ceux qui sont en plastique peuvent être lavés avec de l’eau et du bicarbonate de soude. Leur durabilité dépend notamment du matériau de fabrication (le tissu est moins résistant que le plastique, par exemple), mais aussi de leur fréquence d’utilisation. Ainsi, certains jouets doivent être remplacés au bout de quelques mois seulement, quand d’autres peuvent sans problème être conservés bien plus longtemps.

 

Du point de vue du budget, un jouet pour chien coûte généralement moins d’une dizaine d’euros. Toutefois, les jeux d’intelligence sont souvent un peu plus dispendieux, pouvant atteindre voire dépasser une vingtaine d’euros.

La caisse de transport

Un Teckel debout dans un sac de transport pour chien

Peu importe leur durée, les trajets en voiture peuvent être dangereux pour le chien. En effet, s’il n’est pas installé de manière sécurisée, il peut être blessé en cas d’accident, ou même simplement de coup de frein ou de brusque changement de direction. Il est donc indispensable d’acquérir d’emblée une caisse ou un sac de transport dans lequel le faire voyager en toute sécurité – et ce d’ailleurs dès le premier jour, celui où il rejoint son nouveau foyer.

 

L’utilité de cet accessoire ne se cantonne d’ailleurs pas à la voiture : il est également fort utile dans tous les transports en commun, que ce soit sur une longue ou courte distance. En effet, il évite que l’animal ne bouge trop, tout en lui permettant de se sentir en sécurité et de voyager confortablement. Il arrive d’ailleurs couramment qu’il soit obligatoire.

 

Quoi qu’il en soit, il se décline en trois principaux types : les sacs synthétiques munis de sangles latérales ou de bretelles, les caisses en plastique et les cages en métal. Le gabarit de l’animal doit être le principal critère de sélection : on ne choisit pas le même accessoire pour un Teckel et pour un Saint-Bernard, par exemple. En effet, si les caisses en plastique et les cages en métal existent dans de nombreuses dimensions et peuvent de ce fait convenir à toutes les tailles de chiens, on ne peut pas en dire autant des sacs de transport. Du fait de leur volume limité, ils ne peuvent être utilisés que pour transporter un chiot ou un adulte de petite taille.

 

Un chien dans une grande cage de transport dans un coffre de voiture

Le budget à prévoir pour un sac de transport se situe entre 20 et 30 euros. Fabriqué en matière synthétique, cet objet est plus difficile à entretenir qu’une caisse en plastique ou en métal, et sa durée de vie est généralement moins longue. En effet, selon son utilisation, le tissu et/ou les sangles peuvent se détériorer avec le temps et ainsi ne plus être assez solides pour transporter l’animal dans de bonnes conditions ; s’ils semblent prêts de rendre l’âge, mieux vaut évidemment remplacer l’objet sans attendre.

 

Le prix d’une caisse de transport en plastique est nettement plus variable que celui d’un sac, en fonction à la fois des dimensions et de la qualité des finitions. Ainsi, un modèle milieu de gamme pour un chien pesant jusqu’à 12 kilos vaut une trentaine d’euros, mais il faut s’attendre à en débourser plus d’une centaine pour une caisse convenant à un animal de grande taille. Cela dit, il s’agit normalement d’un accessoire solide, susceptible de l’accompagner toute sa vie durant. Sa durabilité dépend toutefois bien sûr de sa fréquence d’utilisation. Quoi qu’il en soit, en termes de coloris, il ne faut pas s’attendre à autant de choix que pour les sacs : la gamme de couleurs est assez limitée.

 

Quant à la cage de transport en métal, le montant à prévoir varie sensiblement en fonction de ses dimensions et de la résistance du matériau. Il va d’une trentaine d’euros pour un modèle de petite taille avec de fins barreaux en acier à plus de 200 euros pour une grande cage en aluminium. Cela dit, il peut être utile là aussi d’investir pour le confort de l’animal, étant donné que cet objet est normalement résistant et susceptible de l’accompagner tout au long de sa vie.

Un couchage confortable

Un Bouledogue Français allongé sur un coussin pour chien

Pour être bien dans sa tête, un chien a besoin de repères, et notamment d’avoir un coin « à lui ». Toujours placé au même endroit, son couchage joue parfaitement ce rôle : il y trouve refuge lorsqu’il souhaite un peu de quiétude, ou tout simplement se reposer ; c’est aussi « son » endroit, là où il est le seul à aller. De ce fait, il est préférable d’avoir fait l’acquisition de cet objet avant même son arrivée dans le foyer, car il l’aide à créer ses repères dans un environnement nouveau pour lui.

 

D’un point de vue pratique, cet accessoire peut également être employé comme un instrument d’éducation : on peut par exemple y renvoyer son chien quand il a fait une bêtise.

 

Les types de couchages sont nombreux : paniers, tapis, couvertures, coussins, niches dans le cas d’un usage extérieur… Tous sont disponibles dans toutes sortes de motifs et coloris divers et variés. Dans tous les cas, le couchage du chien doit rester toujours propre, afin de garantir une bonne hygiène. Il est donc préférable de choisir un modèle facile à nettoyer, en plastique ou en tissu lavable en machine.

 

Un Berger Allemand allongé dans sa niche, dehors

Pour l’intéressé, le type de couchage ou sa couleur importent peu : il apprécie l’objet dès lors qu’il le juge confortable. Pour que ce soit effectivement le cas, il est indispensable que son couchage soit choisi en fonction de son gabarit. S’il est trop petit, il ne l’utilisera pas ; à l’inverse, s’il est trop grand, il risque de ne pas s’y sentir en sécurité, et donc là aussi de choisir un autre endroit où il se sent mieux.

 

Si on peut normalement conserver le couchage d’un chien adulte plusieurs années, celui d’un chiot a de grandes chances de devoir être remplacé après quelques mois d’utilisation seulement : au-delà du fait qu’il devient rapidement trop petit, il risque davantage d’être mordillé et détérioré par l’animal.

 

En termes de budget, les tapis et les couvertures représentent l’option la moins onéreuse, puisqu’ils nécessitent généralement un investissement d’à peine une dizaine d’euros. Le prix des paniers et des coussins varie quant à lui grandement en fonction de la taille de l’objet, et se situe entre 20 et 80 euros. Quant à une niche, le budget à allouer est en moyenne d’une centaine d’euros, mais varie sensiblement en fonction des dimensions.

Les accessoires de toilettage

Une brosse à dents pour chien avec du dentifrice

Afin d’aider son chien à conserver une bonne hygiène, il est important de consacrer du temps à le toiletter. Pour ce faire, un certain nombre d’accessoires sont indispensables.

 

L’entretien du pelage passe essentiellement par son brossage. Il nécessite donc d’opter pour un peigne, une brosse, un gant en caoutchouc ou encore une carde, en fonction du type de poils. Ces différents accessoires sont le plus souvent fabriqués en plastique ou en métal, et leur prix est généralement compris entre 5 et 15 euros.

 

En ce qui concerne l’entretien des dents, le choix est plus aisé, puisqu’il n’existe que deux types d’objets : les brosses à dents spécifiquement conçues pour les canidés et les doigtiers, des embouts en caoutchouc à mettre sur l’index. Dans un cas comme dans l’autre, le prix se situe entre 3 et 5 euros, montant auquel il convient d’ajouter celui du dentifrice (5 à 10 euros). Ce dernier doit d’ailleurs être spécifiquement conçu pour la gent canine, car ceux destinés aux humains contiennent des substances toxiques pour les animaux. Pour plus de praticité, on trouve dans le commerce des kits comprenant une brosse à dents (ou un doigtier) et un dentifrice, moyennant une dizaine d’euros. Afin de conserver un brossage efficace, il est nécessaire de remplacer la brosse à dents dès que ses poils sont recourbés, soit au bout de quelques mois. Sans poil et en caoutchouc, le doigtier peut lui durer plusieurs années.

 

Un coupe-griffes pour chiens

Quant à la taille des griffes, il est important d’utiliser du matériel conçu spécifiquement pour cet usage, c’est-à-dire un coupe-griffes : cela permet d’éviter de blesser l’animal en le manipulant. Cet accessoire peut se présenter sous la forme d’une paire de ciseaux, d’une pince ou encore d’une lime. Le montant à prévoir se situe entre 5 et 25 euros.

 

Il ne faut pas trop attendre pour acquérir ces différents accessoires lors de l’arrivée du chien au sein du foyer, car même un chiot gagne à bénéficier de séances d’initiation au toilettage dès son plus jeune âge, afin de s’habituer à se laisser manipuler sans broncher. Leur durabilité varie de plusieurs mois à plusieurs années, en fonction du matériau et de la fréquence d’utilisation.

La trousse de secours

Un chiot Border Collie mordille une trousse de secours

Piqûre d’insecte, morsure, blessure superficielle… : les petits « bobos » pouvant survenir dans le quotidien d’un chien sont nombreux. Par conséquent, il est essentiel de disposer d’une trousse de secours contenant les instruments et les produits qui, en cas de problème, aident à soulager rapidement l’animal en attendant qu’il soit pris en charge par un vétérinaire si cela s’avère nécessaire.

 

On peut choisir une des nombreuses trousses de premiers soins pour chien qu’on trouve dans le commerce, qui comportent déjà tout le matériel de première nécessité, ou bien décider de la constituer soi-même, en choisissant à la fois le contenant et le matériel qu’on y fait figurer. Une trousse bien équipée doit notamment contenir des compresses, des bandages, du sparadrap, des lingettes désinfectantes, une pipette doseuse (pour rincer une plaie, hydrater l’animal ou lui donner des médicaments), une pince à épiler, un tire-tic et une peigne à puce. Ces produits constituent le matériel de base qu’une trousse de secours doit contenir, mais il ne faut pas hésiter à ajouter d’autres accessoires et médicaments en fonction de ce dont on souhaite disposer en cas d’urgence.

 

D’une manière générale, il est d’ailleurs fortement conseillé de faire vérifier le contenu de son kit de premiers secours par un vétérinaire afin de s’assurer que rien n’y manque. Cela permet aussi de s’assurer que les différents produits et médicaments sont adaptés au chien. En effet, certains particularités (maladie, allergie…) peuvent impliquer que l’utilisation de tel produit ou tel médicament est inappropriée - ou au contraire recommandée - en cas de problème.

 

Une femme vérifie une trousse de secours pour chiens

Quoi qu’il en soit, il est judicieux de disposer de cet accessoire dès l’arrivée du nouveau venu au sein du foyer (et ce quel que soit son âge), afin de pouvoir le prendre en charge correctement si un problème survient les premiers jours.

 

Par ailleurs, si la trousse contient des médicaments ou des produits périssables, une vérification régulière de leur date de péremption (et un remplacement lorsque cela s’avère nécessaire) s’impose afin que l’ensemble du matériel soit toujours utilisable en cas d’urgence.

 

Le budget à prévoir pour l’achat ou la confection d’une trousse de secours est d’une quinzaine d’euros, le montant exact variant en fonction du nombre d’éléments qu’elle contient.

 

Cet accessoire ne servant que rarement, il peut anormalement accompagner le chien tout au long de sa vie : il faut simplement penser à remplacer les produits ou médicaments lorsque cela s’avère nécessaire (c’est-à-dire s’ils ont été utilisés, ou si leur date d’utilisation est dépassée).

Le collier antiparasitaire

Un collier antiparasitaire pour chien

Lors de ses promenades et autres activités en extérieur, un chien est particulièrement exposé aux insectes et aux parasites tels que les moustiques, les tiques et les puces. Ceci vaut quel que soit son âge ou son gabarit.

 

Le collier antiparasitaire est une manière efficace de l’en protéger. En effet, une fois mis autour de son cou, cet accessoire libère progressivement des substances actives répulsives sur l’ensemble de son pelage et de sa peau de l’animal.

 

Une certaine prudence s’impose toutefois, car certaines de ces substances peuvent être nocives pour les chiots ou pour les chiennes gestantes ou allaitantes. Il est donc important de bien lire la liste et la composition des principes actifs contenus dans l’objet avant de faire son choix, et de demander conseil à un vétérinaire en cas de doute.

 

Le collier antiparasitaire n’est d’ailleurs pas le seul moyen de protéger son chien contre les parasites et les insectes : il existe également des sprays, des pipettes ou encore des comprimés permettant de les repousser efficacement.

 

Fabriqués en plastique doux, les colliers antiparasitaires sont généralement de couleur blanche, noire ou grise, et existent en différentes tailles afin de s’adapter à tous les gabarits. Ils coûtent autour de 20 à 30 euros, et doivent être remplacés dès qu’ils ne sont plus efficaces – généralement au bout de 6 à 12 mois.

La muselière

Un Labrador avec une muselière

Si dans certains territoires la loi impose l’utilisation d’une muselière pour certains types de chiens, cet accessoire peut être utile même pour ceux qui ne sont pas considérés comme « dangereux ».

 

En effet, y avoir recours peut s’avérer salvateur dans les situations où l’animal devient incontrôlable et agressif. Il ne faut pas perdre de vue en effet que même un chien par ailleurs très calme et équilibré peut soudainement « perdre les pédales » parce qu’il se retrouve dans un environnement et/ou une situation inhabituelle et particulièrement anxiogène pour lui. La muselière peut également être employée lors des visites chez le vétérinaire, ou lors de certaines étapes de toilettage : sans être agressif, le chien peut par exemple vouloir empêcher son maître de lui couper les griffes.

 

Le choix en termes de coloris est relativement restreint, mais elle peut être en trois matériaux différents : tissu synthétique, cuir ou plastique. Dans le premier cas, elle ressemble à un petit manchon enfilé sur le museau de l’animal. Dans les deux autres, elle ressemble plutôt à une sorte de panier, qui peut être ou non ajouré.

 

Bien entendu, il est essentiel qu’elle soit choisie en fonction de la taille du museau de l’animal, afin d’être parfaitement ajustée sur sa tête. D’ailleurs, aucun de ces types de muselières ne peut être employé avec les chiens au nez plat (brachycéphales), car leur museau n’est tout simplement pas assez long. Pour eux, un type de muselière spécifique doit être utilisé, qui est une sorte de masque doté d’un filet.

 

Un Amstaff muni d'une muselière en cuir

En tout cas, il est conseillé d’acquérir cet accessoire dès l’arrivée du chien au sein du foyer, même s’il n’est encore qu’un chiot. En effet, plus il y est habitué tôt, plus son usage est facilité par la suite.

 

Le budget à prévoir dépend principalement du matériau. Ainsi, 5 à 10 euros suffisent pour les muselières en plastique ou en tissu, mais il faut compter plutôt une vingtaine d’euros pour les modèles en cuir.

 

Ces derniers ont tendance à être plus fragiles et à exiger plus d’entretien que ceux en tissu ou en plastique. En effet, le cuir se détend avec le temps, et peut s’abîmer au niveau des boucles d’attache, rendant la muselière lâche et moins sûre. La durabilité de cet accessoire dépend aussi largement de la fréquence de son utilisation, mais il est normalement tout à fait possible de garder la même muselière plusieurs années.

Article détaillé : Les muselières pour chien

Le mot de la fin

Ces dix accessoires s’avèrent indispensables à tout propriétaire de chien souhaitant prendre soin convenablement de son compagnon, et la plupart méritent d’être acquis avant même son arrivée dans le foyer.

 

Cela dit, il existe de nombreux autres accessoires pour chiens susceptibles d’être très utiles – voire incontournables - dans certaines situations. Par exemple, investir dans un collier GPS peut s’avérer salutaire dans le cas d’un chien fugueur, puisqu’on peut alors savoir à tout moment où il se trouve. Dans un tout autre registre, équiper son chien d’un manteau peut être nécessaire pour le protéger des intempéries et/ou du froid, en fonction du lieu où on réside et/ou des activités qu’on effectue avec lui.

Dernière modification : 08/27/2021.

Discussions sur ce sujet