Forum chiensJeu de chienTout sur les chats Jeux d'animaux gratuits Dreamzer - Sites éditoriaux et jeux gratuits sur les animaux

Socialisation et développement comportemental du chiot

Socialisation et développement comportemental du chiot

Pour permettre à un chien de s'habituer à une autre espèce ou à un congénère, il est primordial de comprendre l'importance des premières semaines de sa vie, que l'on appelle période de socialisation.


La socialisation du chiot est la période la plus importante de son développement. Elle débute à l'apparition de l'audition (au 21ème jour environ) jusqu'à ses trois mois. C'est durant ce laps de temps que le chiot va apprendre à connaître son environnement.

Page 1 :
L'importance de la socialisation du chiot
Page suivante :
La sociabilisation du chiot les trois premières semaines de sa vie

La phase d'imprégnation du chiot

Durant les 12 premières semaines de sa vie, le chiot vit une phase d'imprégnation, ou phase de double empreinte. Elle est divisée en deux périodes qui se chevauchent.

L'empreinte intraspécifique, ou socialisation primaire du chiot

Cette phase a lieu approximativement les cinq premières semaines de vie du chiot. Le petit s'imprègne de ses congénères (mère, chiens adultes, frères et sœurs) et apprend les codes comportementaux spécifiques à sa propre espèce, c'est-à-dire en quelque sorte le langage des chiens.

 

En effet, à la naissance, le chiot n'a pas une compréhension innée des codes sociaux de son espèce : il ne sait pas qu'il est un chien. Il doit donc apprendre à se comporter en tant que tel, avec des usages précis en matière de communication et de comportement propres aux canidés. C'est notamment durant cette période que le chiot apprendra la notion de morsure inhibée : s'il lui arrive de se battre avec un autre chien et que celui-ci se place sur le dos, il doit arrêter de mordre.

 

Cette phase est très importante pour avoir des rapports normaux avec les autres chiens plus tard, puisqu'elle permet au chiot de s'identifier à sa propre espèce. Cette identification lui permettra de reconnaître, à l'âge adulte, un canidé pour partenaire sexuel, et de ne pas courtiser un chat au lieu d'un chien. Cela arrive parfois lorsqu'une chatte élève un chiot très tôt : il s'identifie à l'espèce féline.

L'empreinte interspécifique, ou phase d'empreinte à l'être humain

Cette phase, dite aussi empreinte extraspécifique, s'étend de la 2ème à la 12ème semaine de vie du chiot, et jusqu'à la 16ème semaine pour certaines races molossoïdes.

 

Au cours de cette période de forte attraction sociale, le chiot apprend qu'il existe d'autres espèces que la sienne, et peut rencontrer des êtres humains, mais également d'autres espèces animales : chats, oiseaux, poissons, etc. Il y sera habitué et socialisé. Cela signifie entre autres qu'il n'identifiera pas ces animaux comme des espèces ennemies ou des proies potentielles, mais bel et bien comme des espèces amies.

 

En outre, c'est pendant cette étape d'imprégnation que le chiot va acquérir les connaissances lui permettant d'avoir des comportements normaux face à toutes les situations de sa future vie sociale : contrôle de sa mâchoire, apprentissage du langage des chiens, organisation d'un système hiérarchisé, attachement et détachement (comment devenir autonome), etc.

 

Tous les contacts corporels, la lumière, les bruits, les odeurs et les interactions avec ses congénères et d'autres espèces viendront forger, scultper et programmer richement le cerveau du chiot. Plus les sollicitations et les stimulations sont nombreuses, plus il y a de connexions neuronales et donc, plus tard, de facilité à intégrer l'inconnu et faire de nouvelles acquisitions.

 

Cette phase est donc le moment le plus propice pour préparer un chien à tout ce qu'il sera amené à rencontrer dans sa vie future. Cela lui permettra de faire face facilement à une variété infinie de modes de vie, où il cohabitera peut-être avec une grande diversité d'espèces animales. Il y aura ainsi moins de risques qu'il agresse un passant ou un autre chien une fois devenu adulte.

Les risques d'une mauvaise socialisation du chiot

En 1967, J.L Fuller déclare que si un chiot est isolé pendant la période de l'imprégnation, il ne pourra plus s'attacher, ni aux autres chiens, ni aux humains. Une mauvaise socialisation aura donc forcément un impact négatif.

Une mauvaise socialisation du chiot envers les humains

Si un chiot vit jusqu'à la 14ème semaine avec des congénères sans voir d'humains, il aura un comportement tout à fait normal avec les chiens, mais jamais avec un être humain, même si une socialisation tardive est tentée. L'animal pourra être apprivoisé et tolèrera peut-etre la nourriture et les contacts affectifs occasionnels (jeux, caresses...), mais ne sera probablement jamais un animal domestique.

 

Scott et Fuller ont fait des expériences démontrant que des chiots de 5 semaines mis en contact avec des humains les approchent facilement. Si le premier contact est à 7 semaines, ils hésitent à s'approcher. S'il est à 9 semaines, ils n'approchent pas du tout. Enfin, si la première rencontre a lieu à 14 semaines, le contact est devenu impossible, le comportement du chien étant celui d'un animal sauvage.

Une mauvaise socialisation du chiot envers ses congénères

En 1980, Scott constate que si, entre la 3ème et la 12ème semaine, un chiot vit avec des humains sans voir d'autres chiens, il sera très à l'aise au milieu d'êtres humains, auquel il s'identifiera, mais ne supportera pas le contact avec ses congénères.

L'hypostimulation du chiot

Le risque d'hypostimulation ou de privation sensorielle se pose lorsque l'environnement d'élevage du chien est trop pauvre en stimuli et qu'il est du coup en inadéquation avec l'environnement d'adoption.

 

Par exemple, si le chiot n'a pas été habitué aux bruits de la foule ou de la télévision, il n'aura pas appris que ce sont des choses courantes. De ce fait, il sera angoissé, voire terrorisé, lorsqu'il en rencontrera pour la première fois.

 

Par ailleurs, ce risque est majoré selon les conditions d'élevage. Les capacités d'adaptation diffèrent en effet selon que le chien ait été suffisamment stimulé. Si cela n'a pas été le cas, il souffrira d'angoisses plus ou moins importantes face à son nouvel environnement d'adoption, qui est inconnu pour lui.

 

De plus, le manque de stimuli extérieurs ne favorisera pas les capacités motrices, tactiles, visuelles, auditives et olfactives futures du chien.

 

Au final, les risques de maladies chez le chiot suite à une sortie stimulante sont minimes à côté des dommages psychologiques et comportementaux que peuvent engendrer une hypostimulation durant cette période.

Page 1 :
L'importance de la socialisation du chiot
Page suivante :
La sociabilisation du chiot les trois premières semaines de sa vie
Reproduction interdite sans autorisation.
Partager :  

Réagir à cet article

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :

Commentaires sur cet article

Bonjour à tous et désolé si ma question est légèrement hors-sujet. Je voudrais savoir si il est possible pour une chienne d'obtenir 18 chiots comme ici :
http://mimibuzz.com/image/pas-cool/maman-chien-plein-chiots
Cela me semble excessif. Une chienne peut-elle vraiment s'occuper d'autant de petits ?

   
Par chatfou

Merci beaucoup pour votre article !!! très instructif.
Notre chienne une bouledogue français a mis bas il y a 8 jours et c'est la première fois pour nous donc pas facile de savoir comment bien faire avec ces tites bêtes. bonne continuation

0    0
Par mimiwill

Cette page est sans aucun doute une des meilleures sources d'informations qu'il m'est été donné de trouver sur internet. Pour la construction de l'article et les références chapeau et merci, j'ai trouvé directement les infos que je cherchais et sa clarté m'aidera certainement à retenir l'ensemble.

0    0
Par Ricardo

cette article est tres construtif
pour moi
car ma chihuahua viens de mettre bas,pas toujour façile car les chiots sont petit
merçi

0    0
Par eve

Pas "loyal" de recopier ce qu'ont écrit d'autre auteurs? Citez-les et la boucle est bouclée! Comme souvent sur internet j'ai trouvé votre article "par hasard", et bien ce fut instructif et assurément utile! Bonne continuation!

0    0
Par Mine et ses petits

Très intéressant! Même si je ne venais pas pour sa, cet article m'a permis de comprendre le tempérament très peureux de mon chien, aillant vécu ses premières années dans un squat.. Voila bien instructif aussi car ma chienne viens de mettre bas! Merci beaucoup.

0    0
Par tilwin

Un article très utile, à faire découvrir autour de soi !

0    0
Par CocciNim
Rédiger un commentaire

Discussions sur ce sujet

Socialisation ... Help

Bonjour à tous. Etant nouvelle sur ce forum, je viens vous demander quelques conseils sur le comportement de mon... Lire la suite

Sociabilisation de mon chiot

Bonjour, je viens d’acquérir un chiot Amstaff ( femelle) de 3 mois et demi seulement elle ne s'entend pas du... Lire la suite

Sociabilisation grand chien, petit chien

Bonjour, Voila, à la maison j'ai deux petits chiens (2 bichons maltais, un mâle et une femelle). Tout se passe... Lire la suite

Socialisation et généralisation

Socialisation et généralisation Quel est le point commun ? Réaliser la socialisation d’un chien sur un être... Lire la suite

Problème de sociabilisation

Bonjour à tout le monde, Voilà près d'un mois que j'ai adopté mon premier chien : type Labrador (croisé... Lire la suite